tara duncan

Forum RPG sur tara duncan
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une foule, un paumé et un truc blanc.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Délias Dahani



Nombre de messages : 143
Age : 20
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Sam 7 Mai - 0:30

Délias se promenait, Kanji sur son épaule, il regarda à droite, à gauche. Cette endroit était remplis de monde. Un vrai embouteillage et c'est pas mieux dans les aires, des sorcelliers se criait dessus, certains vampyr faisait appelle à leur pouvoir de charme pour que les gens s'écarte ou d'autre se transformais en chauve-souris pour survoler tout ce petit monde. Pour qu'il y ait un tel rassemblement, c'est qu'il se passait quelque chose d'important ou alors c'est jour de marcher.

"Tu peux allez voir ce qu'il passe ?"

*Oui bien sur, attend moi ici.*

L'humain eu un fin sourire, il pouvait pas allez bien loin avec tout ce monde. Et même si il pouvait, où irait-il ? Il ne sait même plus où ce trouve son hôtel. En attendant que le corbeau revienne, le jeune homme essayait de se reperer mais le chemin qu'ils avaient emprunter pour déboucher dans cette place lui était invicible.De toute maniere il y avait trop de monde et toute les rues ce ressemblait trop pour qu'il puisse se revenir sur ses pas. Kanji, lui, saura ou ce trouve l'hôtel. Une voix derriere lui se fit entendre.

"Tu est perdu ?"

Il porta sa main droite derriere sa tête et se retourna géner en répondant à cette personne qui avait la m'habilite de le guider.

"Oui, je..."

Il s'interrompit quand il vit que son interlocutrice cette femme s'adressait en réalité à un petit elfe. En apparence, il devait avoir dix ans.

"Et m**de"

A ce moment là, le familier du jeune homme revena de son escapade.

*Un marchand prétend avoir trouver une potion rendant invincible celui qui le boira. Sûrement un truc de pacotille.*

"Attend, ils sont tous réunis pour...ça ?"

*Oui, c'est gens sont prêts à tout pour se sentir intouchable, ils pouraient régner sur Omois et ainsi devenir puissant pour rentrer dans la Légende mais cette potion n'est qu'ilusion.*

Délias était étonner, finalement ils ont quelques points communs avec les humains. Bon c'est pas tout cela mais il faut qu'il retrouve son chemin lui. L'humain regarda à ses côtés et vit une boutique, il s'en approcha et lu que c'était fermer. A l'intérieur, on pouvait apercevoir une jeune sorcelliere qui communiquait avec sa boule de cristal et via sa magie, elle incanta un sort pour que le magasin soit nettoyer du sol au plafond. Délias n'avait jamais compris la raison d'utiliser des sorts pour dépoussiérer une pièce. Certes c'était plus rapide mais au moins ainsi tu ne mérite pas ton salaire. Le corbeau l'obligea à quitter son nez de la vitrine pour trouver un endroit où il avait moins de monde. Une fois que le jeune homme fut détacher de la boutique, il fut attirer par un truc blanc au loin. Il se fraya tant bien que mal un chemin vers cette tache lumineuse. Mais il la perdit de vue. Kanji quant à lui, pris son envole pour se dégourdir un peu les ailes. Fatigué de lutter contre la foule, Délias s'assit sur un banc et soupira de plus belle. Son regard perdit dans ce monde qu'il ne remarqua pas l'être qui s'approchait de lui.


Dernière édition par Délias Dahani le Mar 2 Aoû - 0:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz
Admin


Féminin
Nombre de messages : 1418
Localisation : In my world...
Date d'inscription : 06/10/2007

Accreditation
Race: Elfe
Age: 19 ans en apparence
Nom dans le RPG: Lizlide

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Sam 7 Mai - 19:15

Lizlide avait eu la mauvaise idée de vouloir retourner au palais d'Omois en passant par le quartier commerçant. Elle avait enfin une soirée de libre, et s'était dit qu'après tout, ça ne la tuerait pas de se mêler à la foule pour une fois. Grossière erreur. Car, si le centre était rarement bouché, lorsqu'il l'était, il était quasiment impossible de s'en extirper sans y laisser au minimum deux heures de son temps.

Le temps que l'elfe mit à traverser la principale zone bouchée, elle avait finalement compris la raison de l'agglutinement de ces gens. Un soi disant produit miracle qui rendait invincible. Elle était heureuse de n'avoir vu aucun elfe dans les personnes qu'elle avait croisé. Comment pouvait-on croire à une ânerie pareille ? Et pire encore, si cela était possible, comment pouvait-on espérer avoir recourt à de tels moyens pour obtenir de la force ? L'invincibilité n'existait pas, mais avec une bonne dose d'entraînement et de volonté, il était possible de posséder des réflexes qui s'en approchaient. Liz ne pouvait ne serait-ce que concevoir l'idée qu'on puisse vouloir obtenir de la puissance d'une autre façon que par des efforts qu'on aurait soi-même fourni. Mais il semblait que son avis ne soit pas partagé par tout le monde aux vues de la foule qui tentait d'acheter le fameux produit.

Encore quelques mètre plus loin, la jeune femme finit par s'extirper totalement de la masse, et trébucha par la même occasion. En baissant les yeux, elle remarqua que son lacet était défait, et qu'un imbécile avait sûrement dû marcher dessus au moment où elle le frôlait. Quoi qu'il en fut, elle espéra de tout son cœur que personne de sa connaissance ne l'avait vu, sinon elle était certaine que sa réputation d'elfe était fichue. Après tout, comment pouvait-elle combattre si elle n'était même pas fichue de marcher correctement ? Apercevant un banc à quelques pas de là où elle se trouvait, elle s'en approcha tant bien que mal, tout en faisant extrêmement attention à ne pas trébucher une seconde fois. Elle finit donc par l'atteindre, et sans même prendre la peine de demander à la personne qui s'y trouvait déjà si elle l'autorisait à s'asseoir, elle s'assit.

Une fois son lacet refait, et une fois qu'elle eu bien vérifié que l'autre lacet ne se déferait pas également, l'elfe releva la tête et se retrouva nez à nez avec un corbeau. Certes, Lizlide aimait la nature et en était même très proche, après tout elle était une elfe, mais de là à se retrouver nez à nez avec un corbeau, il y avait une marge. C'est pourquoi elle tenta de le chasser, en vain. Après une dizaine de tentative infructueuses, la jeune femme, habituellement plus vive d'esprit, remarqua finalement les yeux dorés de l'animal. Il fallait croire qu'un lacet de chaussure défait pouvait avoir plus de conséquence qu'on ne pouvait l'imaginer.

Quoi qu'il en fut, Liz finit tout de même par se tourner vers l'homme qui était assis à ses côté et qu'elle supposait être le maître de l'oiseau, et posa sa main sur son épaule :


-Excusez-moi, mais est-ce que vous pourriez demander à votre familier d'arrêter de revenir vers moi dès que je le chasse ?

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délias Dahani



Nombre de messages : 143
Age : 20
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Sam 7 Mai - 22:13

Délias, toujours absorbé par ces pensé, ne vit pas l'elfe qui venait s'asseoir à ses côtés. Par contre ça ne passa pas inaperçu au yeux dorés du corbeau qui vint se posé aussitôt. La jeune fille refaisait son lacet et le volatile fut toute de suite attiré par ces petits file qui dansait dans les aires. Il savait pourtant que ce n'était pas comestible, et malgré tout cela sa l'intriguer. L'elfe releva la tête et remarqua à son tour, le familier. Elle le chassa, mais Kanji revenait toujours à charge. La dizaine passer, le corbeau étais toujours là, la regardant toujours droits dans les yeux. Et c'est à ce moment que la jeune fille planta ses yeux vert dans ceux doré de l'animal. Le jeune homme, perdu fut sortie de son état de transe en sentant une main se poser sur son épaule.

-Excusez-moi, mais est-ce que vous pourriez demander à votre familier d'arrêter de revenir vers moi dès que je le chasse ?


Délias interloqué, remarqua enfin la demoiselle. Il fut tout d'abord concentrer sur ces yeux vert, puis réagis à ce que venais de dire la jeune fille. L'humain regarda Kanji, toujours avec son même aire étonné.

*C'est une humaine ?*

*Non, ça c'est un elfe.*

Le jeune homme encore abasourdie, regarda à nouveau la soi disant elfe mais il ne voyait pas ces longues oreilles par contre il avait remarqué la blancheur de ces cheveux. Serait-il probable que ce qu'il la attiré fut cette longue masse blanche ? Apres un moment de réflexion, il se reprit en main.

"Kanji, laisse cette jeune demoiselle en paix. "

A ces mots, le corbeau vint se poser sur les genoux du humain.

"Je suis désolé que mon familier vous ait importuné ma demoiselle." lui repondit-il le plus poliment possible.

Ce qui l'attirait le plus chez elle, ce ne fut pas ces yeux mes ces cheveux. Ils étaient particulièrement soyeux, brillant et semblait d'une douceur inattendu. Les cheveux de la jeune femme était aussi beaux que la lune sur Terre. Quant à la chevelure de Délias, ils étaient d'un noir profond, et en pétard qui plus est. Rien de bien élégant.
Pour ce détacher de l'elfe, l'humain ce mit à caresser le volatile qui avait l'air d'apprécier.

"Je m'appelle Délias et lui c'est Kanji." informat-il en désignant son familier.

"Puis je me permettre de vous demandez votre nom gentes demoiselle?"

Délias et Kanji attendit avec impatience la réponse de la jeune femme. L'un par curiosité et l'autre par envie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz
Admin


Féminin
Nombre de messages : 1418
Localisation : In my world...
Date d'inscription : 06/10/2007

Accreditation
Race: Elfe
Age: 19 ans en apparence
Nom dans le RPG: Lizlide

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Lun 9 Mai - 22:05

La façon qu'avait cet humain de fixer ses cheveux rendaient Lizlide assez mal à l'aise, ce qui n'était pas dans ses habitudes. Mais ce n'était pas non plus dans ses habitudes qu'on fixe aussi longuement sa chevelure. Elle n'était pourtant pas si différente des autres elfes après tout, la couleur argent était un trait commun à tout ceux de sa race.

"Je m'appelle Délias et lui c'est Kanji. Puis je me permettre de vous demandez votre nom gentes demoiselle?"

Liz eu un temps d'arrêt. Elle n'avait pas vraiment l'habitude non plus qu'on s'adresse aussi poliment à elle en dehors des interminables dîners auxquels elle participait avec sa famille, et encore moins lorsqu'elle était assise sur un banc en plein centre-ville d'Omois. Décidément, cet humain était différent des autres. En bien ou en mal, elle n'en avait encore rien décidé. Ce fut alors qu'elle réalisa que les deux êtres en face d'elle attendaient un réponse, qu'elle leur accorda volontiers avec un sourire en prime.

-Je m'appelle Lizlide. Mais vous ne devriez pas être aussi poli, je ne pense pas que ce soit nécessaire quand on rencontre quelqu'un sur un banc.

L'elfe profita du silence momentané de sa nouvelle rencontre pour le détailler. Plutôt fin, elle ne pouvait pas vraiment jugé de sa taille étant donné qu'il était assis, il avait la particularité d'avoir de magnifiques yeux bleus qui contrastaient de manière élégante avec sa sombre couleur de cheveux. Ses yeux étaient d'ailleurs la seule touche de couleur que la jeune femme pu trouver sur lui, le reste n'étant que noirceur, ce qui ne faisait qu'accentuer la pâleur de sa peau, pour le peu qu'elle en voyait. Mais après tout, cela l'amusait peu-être de faire ressortir sa blancheur naturelle. Dans l'ensemble, l'homme, Délias comme il disait s'appeler, avait l'air plus âgé qu'elle, il avait probablement dépassé la vingtaine. Heureusement, il ne s'agissait là que d'un détail physique, puisque l'elfe était consciente d'avoir au minimum une cinquantaine d'année d'avance sur lui. Après tout, sur Autremonde, chacun savait que les elfes étaient plus âgés qu'ils n'en avaient l'air.

En reportant son regard sur l'animal qui l'avait précédemment embêté, elle constata que bien qu'il ai obéit à l'ordre de son maître, ses petits yeux dorés n'en restaient pas moins fixés sur elle. Chose intrigante puisque les animaux avaient généralement assez peur des elfes pour ne pas s'en approcher à moins d'être certain que ceux-ci ne leur feraient rien. Cet oiseau était aussi étrange que son maître, c'était probablement la raison pour laquelle ils s'étaient trouvés, après tout, il y avait bien un diction humain qui disait "qui se ressemble s'assemble". Lizlide n'avait jamais été une fanatique de philosophie, la philosophie humaine plus particulièrement, qu'elle trouvait trop souvent en désaccord avec ses principes, mais il lui semblait que cette phrase collait extrêmement bien à ces deux êtres-là.

L'elfe décida de reprendre la conversation afin de sortir de ses pensées, puisque plonger des ces dernières ne se faisait pas vraiment lorsque l'on faisait la connaissance de quelqu'un.


-Alors dites-moi, vous appréciez Omois ?

Sujet de conversation banal, certes, mais Lizlide ne voyait pas vraiment ce qu'elle aurait pu aborder d'autre. Après tout, elle était en congé aujourd'hui.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délias Dahani



Nombre de messages : 143
Age : 20
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Mar 10 Mai - 22:37

Délias continua d'admirer sa magnifique chevelure argenté. Kanji, lui contempla tout sa personne surtout ces yeux. Vert émeraude, une couleur qu'on ne croise pas vraiment sur Terre. Rare son ceux qui possède un telle couleur. Est-ce que l'elfe se rendait compte de sa chance ? Recevoir de tel cheveux et en prime des yeux à vous couper le souffle, quelle bénédiction. Ces parents seraient-ils l'équivalent de Brad Pitt et Angelina Jolie sur Autremonde ?

-Je m'appelle Lizlide. Mais vous ne devriez pas être aussi poli, je ne pense pas que ce soit nécessaire quand on rencontre quelqu'un sur un banc.

L'humain détourna son regard des cheveux de son interlocutrice pour contempler son sourire. Un magnifique sourire qui plus est mais au grand désespoir du jeune homme, ils ne dura pas longtemps. Kanji remarquât que la demoiselle regardait son maître sûrement pour le decrire et ainsi le juger.

*Pas être aussi poli ?*

Kanji qui ne la quittait pas des yeux vint répondre à son maitre.

*Ben oui, ici c'est pas le moyen age.*

Le jeune homme réfléchit, son familier avait raison. De toute manière il avait toujours raison. L'homme contempla encore et encore sa chevelure et s'arrêtât sur un léger détail. On ne voyait pas ces oreilles, comment le corbeau avait-il put deviner que c'était un elfe ? Une question qui ne se fit pas attendre.

*Et c'est partis pour un petit cours. Il y a deux façons de reconnaître un elfe d'un humain.*

Poussé dans son élan Délias intervient.

*Leurs oreilles*

Le corbeau déjà lassé de faire un cours, fut quand même obligé de répondre.

*Oui et leur couleur de cheveux. Ils ont tous les cheveux blanc ou argenté, dans son cas c'est argenté.*

Le jeune homme avait enfin compris, il regarda la foule à la recherche d'autre elfes mais en vain. Peut-être étaient-ils plus intelligents pour ne pas se faire berner. Il fut interrompit dans sa recherche par la demoiselle au cheveux d'argent.

-Alors dites-moi, vous appréciez Omois ?

L'humain fit les gros yeux, il ne s'attendait pas du tout à une tel question. Tant bien même qu'il ne savait quoi répondre.

"Si j'aime Omois ?"

Il fit mine de réfléchir.

*Ôte moi d'un doute, cette ville c'est Omois ?*

Kanji leva les yeux en l'air, sa doit faire cinq ans qu'il est dans cette ville et il sait toujours pas le nom. Le corbeau étais contraint de répondre, ce qu'il fit mais d'un ton tout aussi las.

*Oui*

Cette fois il ne faisait pas semblant de réfléchir, il réfléchissait.

"Hum...disons que je la préfère de nuit, avec toutes ces lumières..."

*Et tous ces malfrats qui n'attendent qu'une occasion, te coincé dans une ruelle et te mordre ou te faucher tout tes biens.*

L'humain ignora le jugement sarcastique de l'oiseau et continua sa phrase.

"et sans tous ce monde."

Il regarda le volatile pour ainsi ce détacher un peu de l'elfe et se rendit compte que depuis le début le volatile n'avait pas quitter une seule seconde son regard observateur. Avait-il découvert quelque chose au sujet de son interlocutrice ? Il allait bien lui demander jusqu'au moment où un homme vint se figer devant eux. Cette homme avait une robe de sorcellier avec les couleurs d'Omois. Il était grand avec des cheveux mi-long de couleur châtain coiffé en une queue de cheval. Les mains derrières son dos avec un petit sourire en coin. Un sourire que Délias n'appreciait guère. Un marchand peut-être.

"Ouh, les tourtereaux."

Et il repartis aussi vite qu'il était apparut, toujours son sourire au lèvre, mais il ne put aller bien loin car il trebuchat. Délias avait presenter son pied pour que ce marchand puisse basculer. Une fois chose faite il le remetta à son point initiale. Il s'attirera les mauvaises foudres de la demoisselle mais au moins il se sentais mieux. L'homme se releva et regarda Délias qui s'était mis à rire avec les quelques gens qui avait vu ce sorcellier tomber. Le marchand partis tout en pestant, l'humain continua de rire encore un peu, au moins il rigolait de bon coeur. Puis se tourna vers la jeune fille, préparer à son regard noir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz
Admin


Féminin
Nombre de messages : 1418
Localisation : In my world...
Date d'inscription : 06/10/2007

Accreditation
Race: Elfe
Age: 19 ans en apparence
Nom dans le RPG: Lizlide

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Mer 11 Mai - 12:38

Hum...disons que je la préfère de nuit, avec toutes ces lumières...et sans tout ce monde."

Lizlide tiqua. Il était rare que les humains préfèrent cette ville de nuit, car malgré tout les efforts de la police omoisienne, cette ville restait l'une de celles dont le taux de criminalité était le plus élevé, et rares étaient les personnes qui se risquaient à l'extérieur passé une certaine heure. Quoi qu'il en fut, l'elfe approuva silencieusement. Où qu'elle soit sur cette planète, elle avait toujours préféré la nuit, les étoiles, les lunes, le silence... Ce qui ne l'empêchait absolument pas d'aimer la compagnie d'autres êtres vivants.

La jeune femme fut sortie de ses pensées lorsqu'un homme, un humain d'âge moyen, s'arrêta devant eux, avec un sourire ne présageant rien de bon accroché aux lèvres. Et effectivement, il ne s'était pas arrêter pour demander l'heure, et Lizlide s'attendait vraiment à tout, sauf à ça.

"Ouh, les tourtereaux."

La surprise ralentit le temps de réaction de l'elfe qui, si elle avait écouté son instinct, lui aurait purement et simplement sauté dessus, une dague à la main afin de le menacer jusqu'à ce qu'il s'excuse et la supplie de le relâcher. Mais il semblait qu'elle n'en aurait pas le temps puisque la réaction de l'homme à côté d'elle fut plus rapide, et moins dangereuse pour le marchand. En effet, il le fit simplement trébucher en étendant son pied. S'ensuivit un fou rire général aux dépends du pauvre sortcelier qui avait osé se moquer d'eux. Pour sa part, l'elfe ne put s'empêcher de sourire, cette punition devrait suffir, elle ne se sentait pas vraiment de lui courir après.

Lorsque le responsable de la chute se tourna vers elle, elle cru déceler une pointe d'appréhension dans son regard. Pourquoi, elle ne savait pas vraiment, mais c'est avec un air amusé qu'elle lâcha :

-Vous auriez dû me laisser m'en occuper, je suis certaine qu'il ne serait jamais revenu.

La jeune femme détourna le regard pour observer la foule qui s'était arrêtée pour se moquer du marchand. Ils étaient presque tous parti, quelques uns restaient cependant, observant le drôle de trio qui était assis sur le banc. Mais cela ne dérangeait pas Liz, cela ne l'avait jamais dérangé. Les gens pouvaient bien penser ce qu'ils voulaient, si elle avait envie de rester assise ici avec un corbeau qui ne la quittait pas des yeux et un homme qui n'arrêtait pas d'observer ses cheveux, c'était son problème, pas le leur.

Ce fut à cet instant qu'une idée traversa la tête de la jeune femme. Une fois le doute installée elle ne put s'empêcher de demander :

-Est-ce que vous avez déjà vu des elfes avant moi ?

Après tout, elle avait bien le droit de douter, non ? La manière dont le jeune homme l'avait dévisager, puis la façon qu'il avait eu de fixer sa chevelure pouvait parfaitement laisser croire qu'il n'avait jamais croiser d'elfe auparavant. Chose assez peu probable sur Autremonde, et plus particulièrement à Omois puisque l'armée de ce pays était en grande partie constituée d'elfes, mais après tout, si ce garçon venait d'un village isolé de la campagne omoisienne, c'était tout à fait possible.

Lizlide reporta alors son regard le plus sérieusement du monde sur sa nouvelle connaissance, attendant un réponse.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délias Dahani



Nombre de messages : 143
Age : 20
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Mer 11 Mai - 18:34

L'humain fut si étonné en voyant de nouveau se sourire, l'elfe n'étais pas en colère. Encore heureux, d'après les légendes terrienne les elfes sont expérimentés dans le tir à l'arc et leur agilité. Elle pourrait bien le tué en moins de seconde qu'il faut à Délias pour dégainer son arme. Il abandonna cette chevelure pour river ses yeux sur ce sourire, ce sourire qu'il appréciât contrerement à celui du sorcelier.

-Vous auriez dû me laisser m'en occuper, je suis certaine qu'il ne serait jamais revenu.

La demoisselle lui avait répondu d'un air amusé. Le jeune homme acquiesça, certes il ne serait pas revenu mais sa ne le dérangerait pas. Si il ne savait pas se battre à main nus, il savait parfaitement manipuler les gens. Il lui sera aisé d'y échapper, en s'aidant de la foule et de ce lieu infecté de magie. Apres tout, n'utilisant sa magie que très peu, le marchand aura du mal à le reperer.

*Bravo, il ont tous les yeux rivé sur nous maintenant.*

Le corbeau le ramena à la réalité, il regarda les quelques gens qui les contemplaient d'un air amusé comme si il allait avoir une autre action pour les divertires mais malheureusement pour eux, ce ne fut pas le cas. Alors il repartirent, chacun dans leur petite affaires routinière. Il admira à nouveau la jeune femme qui semblait intrigué. Il fut rapidement au courent de la cause d'un tel déroutement.

-Est-ce que vous avez déjà vu des elfes avant moi ?

Délias réfléchissais, il lui semblait que récemment il avait aperçut un elfe. Un petit elfe. Oui, ça lui revenait, il avait perdu sa mère. L'humain avait cru que cette dame s'adressait à lui mais non. Il raconta cette extrait à la jeune demoisselle et le corbeau pris conscience par la même occasion qu'il étaient encore perdu. Pourquoi cela ne l'étonnais guère ? Apres tout son maitre se perd au moins deux fois par jour. Là c'était la seconde fois et au lieu d'essayer de retrouver le chemin, lui il papote avec une inconnue. Super.

"Dis maman, les deux gens là bas, ils vont s'embrasser ?"

Cette faible voix qui naissait d'un petit garçon au centre de la rue ne passait pas inaperçu à l'oreille de l'humain. La connaissant, il reporta ses yeux bleu sur l'enfant. C'était le garçon perdu, apparemment il avait retrouver sa mère. Ignorant si son interlocutrice avait entendu la voix du petit elfe. Délias eu un fou rire.

Kanji ne comprenait pas ce qu'il y avait de drôle puisqu'il n'avait pas entendu le petit être. Il ne saisit le sens du fou rire de son maître quand celui ci lui raconta mort de rire ce qu'il avait entendu. C'était la deuxième fois en moins de cinq minutes qui rigolait. C'était un peu trop pour le volatile. Apres, leur interlocutrice le prendras pour un fous. Ce n'était pas cela qui préoccuper le corbeau, non ce qu'il le préoccupa c'est que la demoisselle reconnaisse son maître comme l'humain qui etais rechercher sur tout Autremonde il y a cinq ans. En ce temps là, Kanji parcourait Omois à la recherche de nourriture, il avait remarquer ces affiches de recherche. Et pourtant il n'en pretis aucun intention pour l'instant. Toujours à la recherche de provision, il trouvât un peu de pain. Le volatile se lança dessus pour le dérober avec élégance mais un individu vain le voler sous son bec. Encore un des ces foutus voleur patenté. Pourtant ce n'en etais pas un malgré le fait qu'il etais habillé de noir. En faite c'était cette homme, l'être qu'il avait vu sur ces affiches. Kanji allait croasser à la fois pour alerter et pour montrer sa colère mais le jeune humain âgé de 19 ans tourna la tête et remarquât l'animal. De ces yeux bleu, il contempla ceux noir du corbeau. L'humain offrit un peu de son pain à l'oiseau. Le volatile ne saurait dire si c'est par pitié, par gentillesse ou encore parce qu'il avait sentit la menace. Ce fut ce jour là que Kanji étais devenu son familier. Il ne ce doutais pas une seule seconde qu'il deviendrait un jour le familier de l'homme qu'il avait tant vu sur les affiches. L'homme le plus recherché d'Autremonde.

"Veuillez m'en excusez, je n'ai put me retenir."

Délias c'était enfin arrêter de rire par contre il pensait que puisque la femme au cheveux d'argent étais une elfe, elle avait entendu la phrase du garçon. Si ce n'était pas le cas, la demoisselle risquerait de le prendre pour un malade mentale.

*J'espere pour toi qu'elle n'a pas remarquer qui tu étais.*

Kanji venait d'estomper la bonne humeur de son maître. A présent dans les yeux bleu de Délias on pouvait apercevoir la crainte d'être reperer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz
Admin


Féminin
Nombre de messages : 1418
Localisation : In my world...
Date d'inscription : 06/10/2007

Accreditation
Race: Elfe
Age: 19 ans en apparence
Nom dans le RPG: Lizlide

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Mer 11 Mai - 20:17

Et bien, il fallait croire que l'intuition d'un elfe n'était pas aussi infaillible qu'on voulait bien le laisser croire aux petits elfes. Preuve en était faite, c'était que Lizlide s'était totalement trompée, et que l'homme à ses côtés avait déjà vu un elfe, même s'il s'agissait d'un enfant perdu dans la foule comme il le lui avait expliqué. Parfois, il arrivait à Liz de penser que la réputation des elfes était très surfaite quand elle se voyait. Elle ne correspondait pas vraiment à ce qu'on pourrait appeler le stéréotype elfique, même si elle ne pouvait nier que certains aspects collaient extrêmement bien à la réalité.

La jeune femme fut alors sorti de ses pensées par une petite voix aiguë, probablement celle d'un enfant.

"Dis maman, les deux gens là bas, ils vont s'embrasser ?"

Lizlide ne pu s'empêcher de chercher la personne qui avait prononcé ces mots. Elle mit à peine quelques secondes pour trouver le fautif : un elfe tout jeune, qui n'avait même pas un dizaine d'année et qui était avec sa mère. Sans savoir trop comment, la jeune femme capta le regard de l'enfant qui, de curieux passa à relativement effrayé. Pourquoi, elle n'en avait aucune idée, après tout, si elle avait l'air amoureuse, elle pouvait bien aussi avoir l'air effrayante, non ? Mais elle n'arrivait pas à comprendre comment les gens pouvait tomber aussi facilement dans le panneau. Ne pouvait-on pas s'asseoir à deux sur un banc sans être en couple ? Que cela vienne d'un enfant, elle comprenait, mais d'un adulte aussi... Et puis, Lizlide n'osait même pas imaginé les réactions si jamais la rumeur parvenait aux oreilles de sa famille qu'elle avait passé du temps assise sur un banc avec un humain en plein centre ville d'Omois. En fait, Liz n'osait même pas imaginé la réaction des elfes tout court, car elle savait très bien que tous ne réagiraient pas aussi naïvement que l'enfant. Elle était d'ailleurs étonné que la mère du petit n'ai pas répondu quelque chose comme "Tu n'y penses pas, elle est une elfe et lui un humain, ce serait contre nature." Lizlide soupira imperceptiblement. Les préjugés pouvaient être d'une futilité parfois...

Ce fut alors qu'elle entendit le rire de l'homme brun à côté d'elle, sûrement dû à la réflexion du petit elfe. Rire qui s'arrêta assez brusquement. L'elfe plongea ses émeraudes dans les yeux bleus de son interlocuteur et fut surprise d'y trouver de la crainte. Ou en tout cas, si ça n'en était pas, quelque chose qui s'en approchait.


-Quelque chose ne va pas ?

Les mots étaient sortis naturellement, comme si elle éprouvait réellement de l'inquiétude pour cet homme qu'elle venait de rencontrer. Réflexion faite, ce n'était pas de l'inquiètude, mais plutôt de la confusion. En effet, l'elfe ne savait pas vraiment comment réagir, cet homme changeait d'humeur comme de chemise, il passait de joyeux à craintif en moins de temps qu'il n'en fallait à Lizlide pour dégainer la dague qui se trouvait dans sa manche, et autant dire que c'était rapide. La jeune femme dévia son regard vers le corbeau qui, cette fois regardait son maître d'un air sérieux, enfin aussi sérieux que pouvait avoir l'air un corbeau. Les pupilles fendues de l'elfe firent quelques aller-retour entre le maître et le familier avant de se fixer sur l'humain. Après tout, il lui était impossible de communiquer avec le volatile, alors autant extraire la vérité de l'être avec lequel elle pouvait parler.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délias Dahani



Nombre de messages : 143
Age : 20
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Mer 11 Mai - 22:59

-Quelque chose ne va pas ?

Délias interloqué, cligna des yeux. Il inclina légèrement sa tête vers la gauche et remarquât au passage que la jeune fille déviait son regard entre lui et son familier.

*Je rêve ou elle à pas percuter ? Apparemment elle n'a pas vu les affiches.*

Kanji suivi le regard de son maître, et s'aperçut que les yeux de la jeune fille etais confus. Elle voulait sûrement savoir ce qui préoccupais Délias.

*Heureusement pour nous, je voudrais pas finir dans une cage.*

Une cage aussi froide que la glace, une cage aussi étroite que les ruelles d'Autremonde, une cage aussi sombre que les ténèbres. Les plumes du corbeau se dressèrent, il ne pouvait imaginé le supplice que sa representais. Ne plus pouvoir voler, ne plus pouvoir se blottir contre son maître, ne plus sentir sa chaleur. Sur ceux, il se rapprochât de l'humain et se blottis contre lui comme il le faisait toujours quand ils allaient dormir. Le jeune homme acepta avec plaisir l'entrainte de son familier.

*Mais c'est pas croyable, les elfes vivent des siècles et des siècles et elle n'a pas vu les affiches. Quelle chance !*

Le volatile figea ces sombres pupilles noir dans ceux vert de l'elfe.

*Comme c'est pas croyable de ce perdre deux fois dans une journée. Ça par contre c'est pas de la chance.*

L'homme baissa la tête, sourire au lèvre il répondait ainsi avec amusement au sarcasme de Kanji. Il regarda le volatile toujours blottis contre lui. Les enfants terriens trouverais sa mignon, eux, ici les gens considérait cela banale. Oh comme la Terre lui manquait, loin de toute cette magie, loin de ces potions, loin de tout ces hurlement de rage. Il voulait retrouver la tranquillité, le murmure des arbres à travers les forets, le souffle léger et pur du vent, traversant ces cheveux bruns. Ici le vent étais lourd et sentait la magie. Et où étais les forets ? Où étais la tranquillité ? Il ne le savait pas mais malgré tout, il ne devait pas quitter ce monde, pas pour l'instant en tout cas. Ce rendant compte qu'il n'avait toujours pas donner de réponse à l'elfe, il releva la tête et lui sourit.

"Non, non tout va bien."

Délias ne donna pas plus de détail. Il espéra juste que la demoisselle n'insisterais pas, ne sachant quoi répondre. Il fallait changer de sujet et vite.

"Alors que vous amène t-il à Omois?"

Première chose qui lui venait en tête, on peut pas dire que c'est originale comme conversation mais c'est mieux que rien. Le jeune homme se rendait compte que plus il restait sur ce banc, plus il avait des chances de se faire démasquer mais au moins il faisait connaissance une elfe. Ce n'est pas rien, c'est pas sur sa planète d'origine qu'il allait en croiser. Mais au faite, est-ce qu'il y a des portes de transfert menant à la Terre ? Le jeune homme se précipita de demander au corbeau mais il s'arrêta quand il vit que l'animal dormait. Un sourire s'échappa de l'humain. Redressant la tête vers la jeune femme, il attendit patiemment sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz
Admin


Féminin
Nombre de messages : 1418
Localisation : In my world...
Date d'inscription : 06/10/2007

Accreditation
Race: Elfe
Age: 19 ans en apparence
Nom dans le RPG: Lizlide

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Jeu 12 Mai - 17:23

Lizlide avait attendu un moment avant d'avoir une réponse, et autant dire que la réponse n'était pas à la hauteur de ses espérances. Après tout, qui se contenterait d'un simple "Non, non tout va bien" ? Pas elle en tout cas. Mais l'elfe était polie, bien élevée, et elle savait que tout le monde pouvait avoir ses problèmes. Et puis, ils venaient simplement de se rencontrer, elle comprenait qu'il ne veuille pas en parler. Elle-même n'accepterait pas de déballer sa vie s'il le lui demandait. En plus, elle n'avait aucune obligation, au moins pour aujourd'hui, alors il était hors de question de laisser une chose aussi futile ruiner sa journée. L'elfe ravala donc sa frustration au plus profond d'elle-même et la fit disparaître, de toute façon, si cet homme avait des problèmes, il était bien assez grand pour se débrouiller seul.

"Alors que vous amène t-il à Omois?"

Changement de sujet. S'il ne l'avait pas fait, Liz l'aurait fait, elle préférait ne pas s'étendre sur le sujet précédent, sinon elle serait bien trop tenter de lui faire avouer, et il faut dire que les techniques elfiques n'étaient pas les plus douces qu'elle connaissait.


-J'étais venue rendre visite à quelqu'un que je n'avais pas vu depuis un certain temps. Malheureusement, il n'était pas là.

En effet, à l'origine, si Lizlide était venue dans cette ville, c'était pour rendre visite à son frère qui travaillait pour l'armée omoisienne, ils se voyaient si rarement qu'elle s'était dit que ce serait une bonne idée de passer une journée avec lui. Mais en arrivant, elle avait appris que son aîné avait été déployé pour elle ne savait quelle raison deux jours auparavant et qu'il ne reviendrait pas avant au moins une semaine. Autant dire que son programme avait été fichu en l'air. Et c'était pour cette raison qu'elle avait décidé de faire un tour dans le centre ville, histoire de passer le temps et de revoir quelques connaissances. Et maintenant, elle se retrouvait là, assise sur un banc, à discuter avec un homme dont elle ne connaissait que le nom - et celui de son familier. Autant dire que rien ne se déroulait comme prévu.

-Et vous, qu'est ce que vous faites ici ?

Pour l'originalité de la conversation, il faudrait repasser, mais l'elfe n'était pas vraiment d'humeur. Elle souhaitait seulement avoir une conversation normale, peut importait si la personne avec qui elle discutait était le roi de Vilains ou le brigand le plus recherché d'Omois, de toute façon, les seuls ennemis qui l'intéressaient étaient ceux de Selenda. Autrement dit, ceux dans lesquels elle pouvait planter un poignard sans en redouter les conséquences.

L'elfe sortit de ses pensées et se reconcentra pleinement sur son interlocuteur, remarquant au passage que le corbeau s'était endormi au creux des bras de son maître. En voilà au moins un qui arrêterait de la fixer à longueur de temps.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délias Dahani



Nombre de messages : 143
Age : 20
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Sam 14 Mai - 1:50

-J'étais venue rendre visite à quelqu'un que je n'avais pas vu depuis un certain temps. Malheureusement, il n'était pas là.

Délias n'avais pas attendu longtemps pour avoir une réponse. Mais il sentit que son interlocutrice étais frustré, peut-être au fait qu'elle ait attendu un bon moment avant d'avoir une réponse où alors elle etais frustré que la personne quelle venait voir etais absente. Néanmoins, la demoisselle étais en colère et ce n'était pas bon présage. De ce que dit Kanji, les elfes pouvaient soutiré des informations de leur victime par des méthodes peu intentionné. Et pourtant sur Terre, on dit que les elfes sont effectivement d'excellent archer mais qu'ils sont pacifiste et qu'ils sont en contacte avec la nature. Le corbeau avait confirmé deux de ces détails mais une seule n'étais pas totalement vrai. Puisqu'ils sont très impulsifs. Quand ils se mettent en colère, ils ne sont pas très délicats avec leur proie. Le jeune homme espéra que c'est pas sur lui que l'elfe passerai ces nerfs.

-Et vous, qu'est ce que vous faites ici ?

Sur le coup l'humain ne savait quoi lui répondre, dire la vérité ou mentir ? Si il avoué qu'il étais perdu ne ferait que lui attiré sa pitié dans le bon coté des choses ou le mépris dans le mauvais coté des choses. Il ne voulais aucun des deux, il ne voulait surtout pas être considéré comme un étranger, ça pourrais ruiner sa couverture. Par contre si il mentais, certes il y aura moins de chance qu'il se fasse repérer mais la jeune femme s'était montrer loyal envers lui, Délias se devait de respecter cette confiance. Il en conclu qu'il valait mieux dire qu'une partie de la vérité.

"Je voulais me promener mais j'ai eu la mauvaise idée de passer par la place, c'est fou comme il y a du monde pour une simple potion."

Qui plus est, une potion de pacotille. L'humain avait bien dit qu'une partie de l'histoire, passant ainsi le passage où il c'est paumé. Encore une fois. Heureusement que le volatile dormait, il ne se serait pas gêner pour lui faire remarquer. Sur ceux, le jeune homme baissa la tête vérifia que Kanji dormait toujours. Ceci étant fais, il releva la tête pour planter ses yeux bleu dans ceux vert de son interlocutrice. Mais son regard dévia légèrement sur sa gauche, au dessus de l'épaule de celle ci. Un groupe de personne commencer à manigancer quelque chose, quelque chose dont Délias eut un mauvais pressentiment. Pas par rapport à lui mais par rapport à l'elfe. A ce même moment, Kanji se réveilla d'un trait comme si il avait fais un cauchemar. Mais en réalité, c'était ces sens qui l'alertais. Ce groupe étais composé que d'homme, plus ou moins grand. Le plus âgé étais sûrement le chef vu qu'il étais mieux habillé que les quatre autres. Les hommes étais âgé d'environ 19 à 30 ans en age humain. Le plus âgé avais la trentaine et le reste la vingtaine. Sourire pervers au coin, le trentenaire se mit en tête de groupe et s'approcha d'une façon matcho. Contrairement à ce que Délias pensait, le groupe les dépassèrent pour allé draguer une femme placé juste derriere l'humain. Celui ci c'était retourner comme le corbeau en direction de la dame. Yeux grand ouvert, le duo les regardèrent yeux grand ouvert à la fois étonné et soulager que ces hommes n'était venu les voir. Il se retourna pour faire face à l'elfe et délivra l'air d'un souffle. Il ne c'était pas rendu compte qu'il avait arrêter de respirer quant au corbeau, il retourna dans son sommeil.

Derrière lui la femme etais en mauvaise posture entre tout ces hommes. La magie déployer, le groupe ne lui laissait aucune chance de ce défendre. Elle étais prise au piège avec un faible espoir de survit à moins que quelqu'un l'aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz
Admin


Féminin
Nombre de messages : 1418
Localisation : In my world...
Date d'inscription : 06/10/2007

Accreditation
Race: Elfe
Age: 19 ans en apparence
Nom dans le RPG: Lizlide

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Sam 14 Mai - 15:07

"Je voulais me promener mais j'ai eu la mauvaise idée de passer par la place, c'est fou comme il y a du monde pour une simple potion."

Lizlide eut un léger sourire. Elle aussi s'était faite avoir par la foule, elle ne s'y attendait pas vraiment et elle avait dû jouer des coudes pour en sortir. Tout ça pour un élixir sans effet. Elle tourna la tête derrière elle quelques secondes pour constater que la circulation était de nouveau aussi fluide et que les passants n'étaient plus agglutinés. Il fallait croire que le marchand avait réussi à vendre toute sa camelote. L'elfe fixa alors son regard sur un groupe d'hommes qui lui paraissaient étranges. Tous humains, le plus âgé devait à peine atteindre la trentaine tandis que les autres étaient plus jeunes, pas de beaucoup cependant. Ils avaient un air macho qui déplu immédiatement à la jeune femme, tout comme le regard qu'ils portaient sur les femmes présentes aux alentours. Elle sentit leur regard se poser sur elle, et un frisson lui parcouru l'échine. Ces hommes n'avaient définitivement pas de bonnes intentions à l'égard de la population féminine.

Finalement leurs regards se fixèrent juste au-dessus de l'épaule de l'elfe, et un sourire des moins agréables apparut sur les lèvres du plus âgé, probablement le chef.. Le groupe s'avança, et l'elfe ne pu s'empêcher de se saisir du poignard qui se situait dans sa manche droite tout en les suivant du regard. Lorsqu'ils dépassèrent le duo, l'elfe relâcha ses muscles et poussa un léger soupir qui fit écho à celui de l'humain à côté d'elle.. Elle n'aurait pas voulu avoir à se battre, particulièrement si elle devait finir sa journée dans un poste de police.

Mais elle ne pouvait pas s'empêcher de fixer la pauvre femme à quelques mètres d'eux qui était dans une situation horrible. Sans vraiment réfléchir, par pur réflexe probablement, l'elfe lança le poignard qu'elle tenait dans la main droite. Ce dernier parti à grande vitesse, passa à quelques centimètres à peine de l'oreille du chef de la bande ainsi que du visage de la victime et vint finalement se ficher dans le mur qui se trouvait derrière cette dernière. Le mouvement d'air, tout comme la vue de la lame fichée dans le mur, firent se retourner les agresseurs dans la direction de l'elfe et de son compagnon d'infortune. D'ailleurs, elle n'y avait pas pensé, mais elle espérait que ça ne gênerait pas trop l'homme de devoir intervenir. A bien y réfléchir, Liz aurait plutôt préféré que ces hommes s'arrêtent directement près d'elle, au moins elle aurait eu une excuse pour s'en prendre à eux.

Ce fut donc avec un sourire innocent totalement faux qu'elle finit par lâcher :


-Oups, je suis désolée, il est parti tout seul, vous voudriez bien me le rendre ?

Le regard mauvais des humains lui fit clairement comprendre qu'elle devrait aller chercher son arme seule si elle voulait la récupérer. Ce fut donc pour cette raison qu'elle se leva, en espérant que ses lacets tiendraient le coup et en coulant un regard vers l'homme au corbeau qui la regardait de manière étonnée. Et pourtant, il n'y avait pas de quoi. Elle était une elfe après tout.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délias Dahani



Nombre de messages : 143
Age : 20
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Sam 14 Mai - 23:47

La dame qui se trouvait juste à côté d'eux, suppliais ces hommes de la laisser tranquille. A ce moment là un courent d'air ce fit sentir, une dague traversait les cinq personnes en touchant presque l'oreille du chef puis vint se stopper à coté la victime. Étonné comme tout il fut attiré par la voix de son interlocutrice.

-Oups, je suis désolée, il est parti tout seul, vous voudriez bien me le rendre ?

Elle attribua un sourire innocent à la bande de voyou. Le jeune humain remarquât la supercherie mais malheureusement, on deviner facilement la manoeuvre. Délias curieux regardât la réponse des cibles. Leurs regards disaient long, ils n'avaient sûrement pas l'intention de le rendre aussi facilement. Ses yeux dériva vers l'elfe quand il remarquât qu'elle se levait, en passant devant lui pour aller chercher sa dague, elle lui attribua un regard. Il comprit qu'elle espérer que le jeune homme intervienne. Le groupe hommes regardait la demoisselle s'approcher comme si c'était un bon gros gâteau appétissant. Finalement il balança leur ancienne proie pour s'intéresser à la nouvelle venue. Comment ils pouvaient considérer les femmes comme des vulgaires objets avec qui s'amuser ? Ce groupes de personne répugnais Délias, malheureusement il ne les connaissaient que trop bien. Ce n'était pas la première fois qu'il se battait contre eux pour le respect des femmes, mais ici il devait ce faire petit pour pas avoir des soldats à ces trousses. Le chef récupéra la dague et s'approcha vers Liz. Délias toujours assit avait deviner ce qu'il allait s'ensuivre alors il réveilla Kanji et se leva, main sur sa dague pour se planter devant l'elfe et le trentenaire. Celui-ci le regarda méchamment, et le bouscula sur le côté.

"Bouge de là toi, tu ne m'intéresse pas...c'est elle."

Délias utilisa la même technique qu'avec le marchand de tout à l'heure. Une rencontre entre son pied et celui du malfrat eu lieu. Mais celui-ci avait plus de reflex que l'autre et parvient à rester en équilibre. En colère, il regarda ces subordonnés qui comprirent le message et s'approchèrent de l'humain en l'encerclant. S'adressant à la nouvelle proie, il ne put échapper un sourire en coin avec toujours en main, la dague de celle ci.

"Ta de la chance d'avoir un petit ami qui te défend. Mais il ne pourra pas te venir en aide."

Les larbins du chef commençait à attaquer le soi disant petit ami de l'elfe de chaque côté, pour se débarrasser du premier, il esquiva un coup de poing en se plaçant sur la droite et de sa main gauche, il attribua un coup dans la machoir le faisant ainsi reculer. Le deuxième attaquant par derriere, Délias rentrât sa tête dans les épaules, s'accroupit et lancer dans son élan, le voyou ne put freiner. Il se prit l'homme accroupi de pleine jambe et le moment où l'homme en question sentit les genoux de ennemis, il se releva faisant ainsi faire une pirouette à la pauvre victime. Quant au troisième, il s'approcha de lui pour lui infliger une rafale de coup de poing mais Délias reculer toujours et encore, attendant que celui ci se fatigue. La pause venu, l'isolé donna un coup de pied bien placer pour obliger son adversaire de se pencher en avant, puis il envoya un autre coup de pied cette fois dans la face. Pendant cette attaque, le premier homme revenait à la charge et ce fut à cette instant que le corbeau pris place à la scène. Infligeant des coups de bec à l'homme, des coups d'ailes et des plongeon pour le forcer à s'occuper de lui et non à son maitre. Une fois libérer du troisième, il fit volte face avec élégance pour donner un coup de poing dans la machoire et ceci avec toute sa force. L'homme ne put esquiver et se la paya, il se retrouva assommer. Plus que deux. Le deuxième, relever, sortie son poignard et fonca sur Délias qui étais de dos; anticipant l l'attaque, il se plaça brusquement à gauche et laissa son pied au milieu du chemin. L'adversaire fonçât droit sur un mur, tête la première et se le paya. Plus qu'un. Le dernier avait mal mais dague en main, il surmonta sa douleur pour l'attaquer. Au même moment, Kanji attaquais le chef. Le dernier ne remarquant rien continua de foncer sur le jeune homme, une multitude coup de dague pris place. Délias remarquât que son adversaire, sûrement un débutant, ne tenais pas son arme assez fermement. Avec facilité il prit la dague de celui quand il allait porter une attaque en plonger. Désormais, il se trouvais derriere son ennemis, sa dague en main, il attribua un coup de coude au niveau de la nuque et celui ci tomba, inerte. Maintenant il restait plus que le chef, mais l'elfe c'était sûrement déjà charger de lui. Se retournant, il regarda en direction du trentenaire et s'adressa à lui.

"Nous ne somme pas en couple. COMPRIS !?"

Il commencait en avoir assez que le monde croyait ça. Bon, il devait avouer qu'elle étais belle et qu'elle avait du caractère. Son style quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz
Admin


Féminin
Nombre de messages : 1418
Localisation : In my world...
Date d'inscription : 06/10/2007

Accreditation
Race: Elfe
Age: 19 ans en apparence
Nom dans le RPG: Lizlide

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Dim 15 Mai - 16:09

Tandis qu'elle se dirigeait vers le groupe d'homme pour récupérer sa dague, Lizlide sentit l'humain derrière elle se lever, et à sa surprise, il se plaça devant elle comme pour la protéger. Pensait-il vraiment qu'elle était si faible que ça ? Elle était tout à fait capable de se défendre, et même si elle lui était reconnaissante de bien vouloir lui donner un coup de main pour s'occuper de cette bande d'imbécile, elle aurait préféré qu'il évite de la faire passer pour une femme qui avait besoin d'être protégée.

"Bouge de là toi, tu ne m'intéresse pas...c'est elle."

A l'entente de cette phrase, l'elfe ne pu s'empêcher de sourire, probablement de manière sadique, car cela signifiait qu'elle pourrait s'amuser un peu. Elle avait beau dire tout ce qu'elle voulait sur la tranquillité, elle restait malgré tout une elfe, et la perspective d'un combat avait toujours quelque chose de réjouissant pour elle, particulièrement lorsqu'il s'agissait de corriger un misogyne de cette envergure.

Elle ne fit rien lorsque l'homme qui l'accompagnait tenta de faire tomber le trentenaire, tentative inutile, qui ne fit d'ailleurs que lui attirer des ennuis. Mais elle supposait qu'il était capable de se défendre, après tout, ils étaient deux, et ils ne se seraient pas embarqués dans un combat pareil s'ils n'étaient pas fichus d'aligner les coups. L'elfe reporta son attention sur le chef de la bande qui continuait d'avancer vers elle.


"T'as de la chance d'avoir un petit ami qui te défend. Mais il ne pourra pas te venir en aide."

A ces mots, l'elfe ne pu s'empêcher de jeter un regard à l'humain qui se battait, avant de répondre :

-Je n'ai pas besoin de lui pour récupérer ce qui m'appartient.

Et dans un mouvement, elle s'élança vers l'homme. Apparemment, il savait mieux manier les armes blanches qu'elle ne l'avait tout d'abord pensé en voyant la façon dont il tenait sa dague, et la vitesse à laquelle les coups s'enchaînaient prouvait qu'il était un habitué. Dans un mouvement, l'elfe esquiva un coup de dague qui arrivait par la gauche en s'accroupissant et, d'une rotation du poignet, elle dégaina la lame accrochée à sa cheville gauche. Elle se redressa souplement et, tout en bloquant l'attaque suivante, décocha un violent coup de pied dans la cage thoracique de son adversaire, ce qui le fit se plier en deux quelques instants. En se redressant, l'homme tenta une nouvelle attaque, trop prévisible selon l'elfe, qui ne se gêna pas pour esquiver et enchaîner avec un coup au niveau des genoux, ce qui fit tomber l'homme à terre. La jeune femme posa alors son genou droit sur la poitrine de son adversaire ainsi que sa dague sur sa jugulaire. Elle se pencha alors en avant, juste assez pour que sa bouche soit au niveau de son oreille et, d'une voix glaciale murmura :

-Si j'apprends que tu maltraite encore ne serait-ce qu'une seule personne, je te ferais tellement souffrir que tu regrettera de ne pas être emprisonné au palais.

Puis, tout en se relevant, elle écrasa le poignet droit de l'homme avec son pied et récupéra ainsi son arme. Puis, elle se détourna pour observer la fin du combat de Délias tout en gardant son pied sur le bras de l'homme à terre histoire de s'assurer qu'il n'aurait pas l'idée de revenir dans le combat, bien que l'expression effrayé qu'il arborait affirmait le contraire.

"Nous ne somme pas en couple. COMPRIS !?"

Un sourire se dessina sur les lèvres de l'elfe, c'était vrai que ça devenait agaçant cette manie de les penser en couple, mais la réaction du jeune homme, elle, valait vraiment le détour. Cependant, elle revint à la réalité en entendant un bruit de pas précipité dans une rue adjacente. Elle se rapprocha de l'homme qui avait combattu à ses côtés et posa pour la seconde fois sa main sur son épaule.

-On devrait y aller, j'entends les policiers qui arrivent, et je n'ai pas spécialement envie de devoir justifier ça.

Elle désigna d'un geste de son autre main les hommes étalés à terre, avant d'entraîner l'homme dans une rue opposée à celle d'où les bruits venaient, espérant que le volatile suivrait le mouvement et ne se ferait pas attrapé. Elle emprunta de nombreuses rues, tournant à gauche et à droite dans le seul but de s'éloigner des agents. Avec un peu de chance, ils auraient pris l'attaque pour un banal incident de rue et ne prendraient pas la peine de sortir les traqueurs. Après quelques minutes de marche rapide, elle finit tout de même par s'arrêter à un embranchement et jeta un regard vers celui qu'elle avait obligé à la suivre sans même lui demander son avis. Avec un sourire d'excuse, elle déclara :

-Désolée, mais je préfèrerais éviter d'avoir des ennuis avec la justice omoisienne.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délias Dahani



Nombre de messages : 143
Age : 20
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Dim 15 Mai - 22:40

Le chef à terre, eut une expression de peur qui se dessinais sur son visage. Il aura compris la leçon et n'embêtera plus les femmes. Tant mieux. L'elfe souriait jusqu'au moment où des bruits de pas se déclarais et que les ennuis commencait. La jeune femme s'approcha de Délias pour poser sa main sur son épaule.

-On devrait y aller, j'entends les policiers qui arrivent, et je n'ai pas spécialement envie de devoir justifier ça.

Lui informat-elle tout en désignant les hommes à terre. En effet il valait mieux déguerpir. Il ne savait pas pour elle mais pour lui sa serait deux fois plus problématique. Les soldats n'étais pas la bienvenue à ses yeux, après tout il pouvait se faire reconnaître à tout moment, que ce soi par un Omoisien que par un soldat. Dans les deux cas, le résultat étais le même. Évacuation où prison. Néanmoins, il ne souhaitais aucune des deux conséquences. Il était revenu au présent quand la dénommé Lizlide l'emmena dans les profondeurs de la ville. Passant par des rues tous aussi inerte les une que les autres. L'elfe l'emmena à droite, à gauche, tout droit, dans de nombreuse rues qu'il était inutile de compter. Ils marchèrent au pas de course, le jeune homme regarda ses arrières pour vérifier si Kanji les suivaient. Il ne le vit tout d'abord pas puis il remarquât la tache noir au dessus de leur tête. De la haut, il en profitais pour informais si les gardes étais à leur trousse. En bas, les deux jeunes gens s'arrêtèrent enfin. La demoisselle à la chevelure éclatante souriait à l'humain qui n'avais put mémoriser le chemin emprunté.

-Désolée, mais je préférerais éviter d'avoir des ennuis avec la justice omoisienne.

Il lui répondit avec un sourire compréhensif

"Moi de même."

Toujours en haut, Kanji surveillait les actions à venir. Pour éviter d'attirer les gardes, Délias abstenue d'augmenter la tonalité de sa voix pour communiquer avec son familier.

*Quesqu'il se passe ?*

Le corbeau contemplait la scène qui se déroulait juste devant ces yeux tenebreux.

*Le chef des hommes à indiquer la direction qu'on a pris, et des gardes se rapproche dangereusement de vous. Il sont en train d'encercler le perimetre.*

Le jeune homme qui avait la tête en l'air, en direction du volatile, la baissa pour pester intérieurement. Il regarda la jeune femme à ces côté et lui informa de la situation.

"Les imbéciles ont divulguer le chemin qu'on à utiliser, les flics sont autour de nous."

Au même moment les pas étais de nouveaux là, la rue étais sombre et personne aux alentour. Ce lieu avait deux échappatoire, à droite où il étais arriver et à gauche. Mais les pas venaient des deux côtés. Ils étaient coincé. Coincé mais pas foutue. Le cerveau de Délias se mit à réfléchir puis vint une idée. Il ne pouvait ni jouer la comédie, ni faire un avec l'obscurité puisque la chevelure blanchâtre de l'elfe contrastait avec la noirceur de cette rue. Il fallait faire autrement. Apres quelque information donné par Kanji, le jeune homme anticipa l'arrivée de l'homme à gauche. Il prit la main de Lizlide et fonça sur le soldat à toute vitesse le faisant basculer sur le côté.

"Kanji guide moi !"

L'oiseau lui indiquais les chemins à prendre pour éviter de déboucher sur la police. Au bout de trois minutes de course, le volatile prévenait son maître qu'ils étaient hors de danger. Délias s'arrêtât et lâcha la main de l'elfe. Elle devait pas être contente, lui disant qu'il aurait du se battre où utiliser la magie. Mais il étais comme les nains, il n'aimait pas ça. Pencher en avant, se tenant les jambes et respirant à plein poumon. Il n'avait pas l'habitude de faire un sprint aussi longtemps. Se redressant, l'humain se retourna pour faire face à la demoisselle.

"Désolé."

Il ne put rajouter autre chose, encore essouffler par la petite course. Le corbeau alla se poser sur l'épaule de son maitre. Ils attendirent tout deux la réaction de Lizlide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz
Admin


Féminin
Nombre de messages : 1418
Localisation : In my world...
Date d'inscription : 06/10/2007

Accreditation
Race: Elfe
Age: 19 ans en apparence
Nom dans le RPG: Lizlide

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Lun 16 Mai - 22:59

"Moi de même."

La réponse ne surprit guère Lizlide, après tout, il y avait peu de gens qui aurait aimer avoir des ennuis avec la justice omoisienne, surtout lorsqu'on connaissait sa réputation. Et l'elfe avait le sentiment que chacun d'eux la connaissait plutôt bien, et même si elle n'aurait pas parier là-dessus, elle savait à quel point les gens pouvait cacher leur jeu. Après, elle connaissait bien une fille de 16 ans qui arrivait à rivaliser avec un nain au combat à la hache, alors il n'y avait plus grand chose qui l'étonnait maintenant.

Sortant de ses pensées, Liz remarqua que celui qu'elle avait entraîné jusque dans cette rue avait maintenant le nez levé vers le ciel. En levant elle aussi les yeux, elle remarqua qu'il fixait le corbeau qui les avait rattrapé. Une discussion mentale probablement. C'était mieux ainsi, car s'il s'était mis à crier pour communiquer avec son familier, l'elfe se serait sûrement débrouillée pour le faire taire, quitte à l'assommer.

La jeune femme dirigea toute son attention vers l'humain lorsque celui-ci baissa la tête d'un air contrarié.


"Les imbéciles ont divulguer le chemin qu'on à utiliser, les flics sont autour de nous."

La nouvelle lui fit grincer des dents. Il fallait croire que sa menace n'avait pas été prise au sérieux, ou alors elle avait été trop gentille. Peut-être qu'elle aurait dû lui casser le poignet pour le convaincre de la boucler sur eux. Bah, maintenant c'était trop tard, et il valait mieux se concentrer sur la fuite qui n'allait pas être évidente à l'entente des bruits de pas qui s'approchaient. Si elle avait été seule, l'elfe serait passée par les toits, l'ennui c'était qu'elle ne savait pas si l'homme serait capable de suivre, ils n'avaient pas les même capacités physiques, ou tout du moins n'avaient-elles pas été développées de la même manière. Et ce garçon n'était pas un voleur patenté, elle l'avait vu à sa façon de combattre. Non, les toits n'étaient définitivement pas une possibilité.

Avant qu'elle puisse réfléchir à autre chose, un premier agent arriva sur leur gauche, et avant même qu'elle ne puisse réagir, l'humain lui avait pris la main, bousculé l'arrivant et avait filé à toute vitesse. Il ne fallut pas bien longtemps à Lizlide pour comprendre qu'il se fiait à son familier. La façon qu'il avait de tourner aux embranchements, sans aucune hésitation, prouvait qu'il savait exactement où il allait. Et lui ne pouvait pas se fier uniquement à son ouïe comme elle-même l'avait fait plus tôt pour les faire s'échapper.

Après trois minutes de course effrénée, elle avait compter histoire de s'occuper l'esprit puisque ce n'était pas elle qui guidait, ils s’arrêtèrent finalement. Lui lâchant la main, l'humain eu l'air plus épuisé qu'elle ne l'aurait pensé. Attendant qu'il reprenne son souffle, elle passa une main dans ses cheveux et en profita pour les attacher avec un lacet qu'elle avait toujours sur elle, dévoilant ainsi la forme elfique de ses oreilles. L'effort fournit dans cette course lui avait donné chaud, et même si l'entraînement régulier qu'elle s'imposait faisait que son souffle était plus régulier que celui de l'homme, elle n'en avait pas moins chaud. Il fallait dire qu'il courrait plus vite que ce qu'elle avait pensé au départ, et elle avait donc dû régler sa vitesse sur la sienne.

Il finit cependant par se redresser pour lui faire face, et bien que son souffle soit encore irrégulier, il parla.


"Désolé."

A ce mot, Lizlide eu d'abord un doute. Pourquoi s'excusait-il ? Pour avoir couru sans la prévenir ou pour s'être enfui sans combattre ? Dans un cas comme dans l'autre, Liz ne lui en voulait pas. Elle était peut-être une elfe, mais cela ne signifiait pas qu'elle était folle, et il était hors de question pour elle d'affronter des personnes qui étaient capable de les faire extrader de n'importe quel pays dans lequel ils se cacheraient. Au moins, aucun de ceux qui les chassait n'avait vu leur visage, ils seraient donc tranquille pour un moment, et ce moment suffirait largement à l'elfe pour se constituer un alibi indiscutable.

Réalisant qu'elle n'avait toujours pas répondu et que le sortcelier, comme son familier la fixait en attendant sa réponse, elle eu un sourire malicieux en répondant.


-Il n'y a pas de quoi, j'aurais probablement fait la même chose. Sauf que moi, je n'aurais pas eu l'air d'avoir voulu échapper à un chatrix en chasse après.

Elle détourna rapidement les yeux pour sonder le coin où ils s'étaient arrêter. Il s'agissait d'une rue de taille moyenne parcouru de quelques magasins, tous fermés apparemment. Quelques personnes traversaient en jetant un coup d’œil intrigué au duo avant de rejoindre la grande rue pleine de monde qui s'ouvrait quelques mètres plus loin. Pas de quoi s'inquiéter en bref, d'ici quelques minutes, ceux qui les observaient auraient oublier leurs visages afin de se préoccuper de leurs petits soucis personnels, ô combien plus important que ceux des autres.

Son attention revint rapidement se fixer sur l'humain, et voyant qu'il respirait de nouveau normalement à peu de chose près, elle passa son bras sous le sien et s'avança vers la rue plus lumineuse qui s'ouvrait devant eux.


-On ne devrait pas rester là trop longtemps, ils risqueraient de nous retrouver. En se mêlant à la foule on devrait pouvoir effacer nos traces sans trop de problème.


Elle lui décocha un dernier regard avant de s'engouffrer au milieu des passants, guettant son approbation. S'il avait mieux à proposer, c'était maintenant qu'il fallait dire, après ce serait trop tard.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délias Dahani



Nombre de messages : 143
Age : 20
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Mer 18 Mai - 17:58

L'elfe avais attaché sa chevelure argenté révélant la forme de ces oreilles et confirmant les dires du corbeau. Elle eut un sourire malicieux sur les lèvres et répondit

-Il n'y a pas de quoi, j'aurais probablement fait la même chose. Sauf que moi, je n'aurais pas eu l'air d'avoir voulu échapper à un chatrix en chasse après.

Délias ne réagissait pas, il avait encore des chose à savoir sur ce monde.

*C'est quoi les Chatrix ? Les chats d'Autremonde ?*

Et beaucoup.

*Non, pour faire simple, ce sont de grosse hyènes noir, agressive et qui on des dents empoisonné.*

Le jeune homme put imaginer la scène grâce au explication du volatile. Il allait bien demander autre chose à son familier mais le fais que des gens les regardèrent pour ensuite passer leur chemin comme si de rien n'était, l'empêcha de reprendre sa conversation mentale. Puis il remarquât que la dénommé Lizlide avait rivés ces yeux sur lui. Elle passa son bras sous le sien et l'entraîna vers la foule.

-On ne devrait pas rester là trop longtemps, ils risqueraient de nous retrouver. En se mêlant à la foule on devrait pouvoir effacer nos traces sans trop de problème.

"La foule à toujours été un bon moyen de disparaître au yeux des ennemies."

Rien de plus facile. Entrer dans la foule et se laisser guider. Autre chose ? Ah oui, pour être sur de ne pas ce fais démasquer quand on est dans une foule. C'est de pas s'habiller comme dans les années 80. Là on est garantie de ce faire repérer à des kilomètres à la ronde. Heureusement que la jeune femme n'était pas habiller en jaune ou en rose flashie. Par contre, le problème n'était pas le fais qu'elle possède une chevelure blanche, le problème c'était qu'il n'y avait personne d'autre autour qui possédait une telle couleur de cheveux. Mais il s'abstenue de lui faire part de cette remarque quand Kanji lui informa que les policiers omoisiennes déguerpissaient avec la bande de tout à l'heure. Enfin une bonne nouvelle dont l'humain ne ce fit pas attendre pour en informer l'elfe. Il se rendit compte par la même occasion que son poids étais redevenu normal et çe depuis un bon bout de temps. Il se redressa, reprenant une allure normale. Il restais plus qu'un chose à regler.

"Bon et maintenant on fais quoi ?"

Délias n'attendit plus qu'un chose. Une réponse. Espérant que la prochaine distraction ne demanderai pas trop d'effort.

HJ Désolé, pas beaucoup d'inspiration ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz
Admin


Féminin
Nombre de messages : 1418
Localisation : In my world...
Date d'inscription : 06/10/2007

Accreditation
Race: Elfe
Age: 19 ans en apparence
Nom dans le RPG: Lizlide

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Jeu 19 Mai - 22:47

[H-J : C'est dingue l'aide que ça me fournit, je sens que je vais bien galérer =D]

"La foule à toujours été un bon moyen de disparaître au yeux des ennemis."

Lizlide ne répliqua rien à cela, mais elle n'en pensait pas moins. Certes, cette technique était vieille comme le monde et connue par tous, mais la façon qu'avait eu l'homme de prononcer ces mots lui disait qu'il avait déjà mis cette technique en pratique par le passé. Mais comme l'elfe l'avait décidé plus tôt dans la journée, elle n'avait pas à se mêler des affaires des autres. Elle-même n'était pas la personne la plus innocente du monde, alors à quoi bon chercher ce qu'il y avait de plus noir chez les autres quand on était incapable de se prétendre soi-même blanc comme neige ? Ce n'était peut-être pas un grand élan de philosophie, mais il s'agissait là d'un des principes de vie de la jeune femme qui pouvait se traduire plus clairement par quelque chose comme "on ne cherche pas ce que les autres ont fait de mal dans leur vie quand on est pas soi-même quelqu'un de bien". Et Lizlide le savait pertinemment, durant la centaine d'année qu'elle avait eu l'occasion de vivre, elle n'avait pas toujours été un ange, et elle savait également que la majorité de ce qu'elle avait pu commettre par le passé ne pouvait pas être mis sur sa nature elfique.

L'elfe fut tirée de ses sombres pensées par l'humain aux côtés duquel elle marchait, ce dernier l'informant que les agents omoisiens avaient abandonnés les recherches et qu'ils avaient embarqué la bande d'imbéciles contre laquelle le duo s'était battu. Un petit sourire satisfait apparu aux lèvres de Lizlide à l'entente de la nouvelle tant elle était ravie que tout ce soit passé comme elle le voulait. Enfin, à peu de choses près comme elle le voulait, mais les détails n'avaient pas vraiment d'importance quand le but final était atteint. Autrement dit, elle était libre et les misogynes étaient prêts à passer quelques jours à l'ombre.


"Bon et maintenant on fait quoi ?"

La question flotta dans l'air quelques secondes. Liz n'y avait pas songé, mais elle planifiait rarement les choses à l'avance, sauf lorsqu'il s'agissait de son travail. Quoi qu'il en fût, la bonne humeur provoquée par l'information précédente étant toujours présente, l'elfe réalisa qu'elle ne voulait pas laisser le jeune homme avec qui elle marchait. Non, elle s'amusait beaucoup trop avec lui, et elle ne s'était plus amusée autant depuis quasiment un an, autant dire un éternité ! Elle réfléchit quelques instants, laissant son regard vagabondé sur les différentes boutiques qui défilaient devant ses yeux sans pour autant les voir. Pourtant, l'une d'elle accrocha son regard. Ce fut donc avec un tout nouveau sourire qu'elle tourna la tête vers son compagnon d'infortune.

-Et bien, on pourrait fêter notre succès. Qu'en dites-vous, je vous invite ?

D'un mouvement de la main, elle désigna un petit bâtiment à quelques mètres d'eux qui portait une enseigne de restaurant. Plutôt discret, c'était le genre d'endroit où elle n'avait plus mangé depuis des mois tant son travail l'avait absorbé, et pourtant elle faisait la plupart de ses repas dans ce genre d'endroits auparavant, lorsqu'elle pouvait se permettre de passer un peu de temps avec ses amis. Elle espérait donc que Délias, ainsi que Kanji, n'auraient rien contre une petite pause dans ce genre d'endroit qui lui rappelait tant de souvenirs.

Le sourire finit cependant par disparaître, et elle se mit à attendre la réponse du jeune homme.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délias Dahani



Nombre de messages : 143
Age : 20
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Ven 20 Mai - 20:49

Quelque seconde s'écoula, le temps que l'elfe réfléchisse tout en regardant les boutiques.

*Elle veut quand même pas faire du shopping ?!*

La demoiselle en question se tourna vers lui, avec un grand sourire. Chose qui fais peur à Délias. Il n'avait pas beaucoup d'argent juste de quoi payer son repas et celui de Kanji. Une fois qu'il serait seul, il ira choper un peu de fric à des passants. Il revena au présent quand son interlocutrice répondit.

-Et bien, on pourrait fêter notre succès. Qu'en dites-vous, je vous invite ?

Elle lui montra un petit restaurant tout sympa. Classique, pas trop dans le luxe. On pouvait apercevoir à travers la vitrine qu'il n'y avait pas beaucoup de monde. C'était un bâtiment petit mais fort charmant. Cette endroit plaisait au jeune homme, c'était quand dernier fois qu'il est allait dans un restaurant ? Ça devait être sur Terre, au temps où ces parents étais encore vivants. A travers ces souvenir, de la joie étais présent mais aussi de la nostalgie. Chassant la tristesse du passer, il répondit à la proposition de la femme en lui souriant.

"Ce serait avec un grand plaisir."

*Et en plus c'est pas moi qui paye.*

Le volatile qui ne s'était toujours pas poser depuis le départ de la police, ne se priva pas de cette pause. Il atterrit sur l'épaule opposé à l'elfe, regardant le lieu où ils iront manger.

*Tu crois qu'il y aura quelque vers taraudeur ?*

Avec tout honnêteté, il lui répondit

*Je n'en sais rien.*

Le jeune homme sorti du chemin pour allez voir ce restaurant. Il poussa la porte et pénétra dans la petite salle. L'intérieur étais marron, bordeaux et les murs étais en brique. Quelque cristallin montrait la ville d'Omois en noir et blanc,Une jeune serveuse vint les accueillies aussitôt et avec un grand sourire. Elle avais de long cheveux blond et des yeux bleue clair et derriere se trouvait un jeune homme bien coiffé, couleur châtain et des yeux tout aussi bleu.

*Par contre je sais qu'ici il y a Barbie et Ken.*

Il fit sa demande à la poupes vivante.

"Deux places s'il vous plaît."

Barbie leur indiqua une table à deux proche de la porte et de la vitrine. Délias s'approcha d'une des deux chaises et la fit reculer pour que Lizlide s'assoit puis il vint s'asseoir sur la chaise d'en face. Il regarda le menu et décida de prendre une boisson fraîche et des biscuits pour son familier vu qu'il ne devait pas avoir de vers taraudeur ici. Il attendit que la demoiselle passe sa commande, curieux de savoir ce qu'elle allait prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz
Admin


Féminin
Nombre de messages : 1418
Localisation : In my world...
Date d'inscription : 06/10/2007

Accreditation
Race: Elfe
Age: 19 ans en apparence
Nom dans le RPG: Lizlide

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Dim 22 Mai - 16:24

[H-J : Je m'excuse du retard, et aussi du manque d'inspiration, j'ai fait ce que j'ai pu ^^']

"Ce serait avec un grand plaisir."

A ces mots, Lizlide eu un petit sourire, ravie que le jeune homme ai accepté le repas. L'endroit qu'elle avait choisie était plutôt sobre, et assez peu fréquenté, ce qui plaisait particulièrement à l'elfe puisqu'elle avait horreur de se retrouver dans une petite pièce avec trop de monde. Elle n'était pas vraiment claustrophobe comme le pensait la plupart des gens, c'était juste qu'elle aimait savoir qu'elle pouvait bouger librement dans une pièce sans avoir à faire attention de ne pas se cogner contre quelqu'un.

L'elfe vit le corbeau se poser sur l'épaule de son maître juste avant qu'ils ne pénètrent dans le bâtiment. La pièce n'était pas très grande, mais inondée d'une lumière due notamment à la vitrine. La luminosité contrastait avec les couleurs sombres qui habillaient l'endroit, balançant entre le marron et le bordeaux. Le contraste n'était cependant pas désagréable, et l'ensemble donnait un résultat assez agréable, bien que surprenant.

A peine le duo avait-il fait quelque pas dans l'établissement qu'une serveuse, une jeune humaine blonde aux yeux bleus qui aurait plutôt dû faire carrière dans le mannequinat que dans la restauration, se dirigea vers eux. Le sourire qu'elle arborait sonnait faux pour l'elfe, mais cette dernière ne s'en formalisa pas, après tout, cela prouvait simplement qu'elle était une professionnelle.

Après que le jeune homme brun qui l'accompagnait ai demandé une table, la jeune blonde les dirigea vers une porte qui se trouvait entre la baie vitrée qui faisait office de vitrine et la porte par laquelle ils venaient d'entrer. L'elfe fut surprise lorsque Délias tira la chaise pour elle, une chose que faisait seulement les plus nobles de ses congénères, et qui lui rappelait étrangement les derniers dîners officiels auxquels elle avait dû participer. A la différence près que dans ce genre de dîner, les humains n'étaient pas conviés. Lizlide ne fit néanmoins aucune remarque à ce sujet là, préférant ne pas vexer le jeune homme pour quelque chose d'aussi futile.

Tout en jetant un vague coup d’œil à la carte, la jeune femme commanda une boisson et un bol de fruits pour faire bonne figure. Il fallait dire qu'elle n'avait pas vraiment faim, et comme elle pouvait tenir plusieurs jours sans manger, il lui arrivait parfois d'oublier de se nourrir lorsqu'elle était absorbée par quelque chose.

Sortant de ses pensées, Liz eu le réflexe d'observer rapidement la pièce dans laquelle ils se trouvaient. Les personnes présentes étaient peu nombreuses, à peine deux ou trois familles ainsi qu'un ou deux couples, rien de bien alarmant. Il existait aussi plusieurs sorties de secours, sans compter les portes qui donnaient dans le reste du bâtiment, autant dire qu'en cas de problème, il serait plutôt facile de s'échapper de cet endroit. Ce n'était pas qu'elle s'attendait à avoir des problèmes, mais elle préférait ne rien laisser au hasard, après tout, il n'était pas dans les habitudes de la police omoisienne de laisser s'échapper des personnes aussi facilement.

Reportant son attention sur son interlocuteur qui n'avait pas décroché un mot depuis leur entrée dans l'établissement, elle décida de rouvrir la conversation et de faire un peu mieux connaissance avec lui, après tout, elle l'avait invité à manger, la moindre des choses était de savoir qui elle invitait.


-Alors dites-moi, qu'est ce que vous faites dans la vie ?

Question banale, certes, mais il fallait bien commencer par quelque chose, et cette question semblait être un bon début pour Liz, qui se mit à attendre patiemment la réponse.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délias Dahani



Nombre de messages : 143
Age : 20
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Dim 22 Mai - 22:48

Normalement sur Terre, quand un corbeau et un homme vous fixe vous le remarquer. Pourtant Barbie et Ken ne les remarquèrent même pas. La blonde devait avoir l'habitude qu'on la regarde. Mais pour les mêmes raisons ? Les gens trouvaient vraiment qu'elle ressemblait à Barbie ? Nan, ils connaissent pas. Ben au moins, Délias avait de la chance d'etre un garçon et qu'il étais adulte car si avait été une fille. Il aurait joué avec des poupes devinez quoi...Barbie et si il aurait été encore gosse, il aurait eu tendance à vouloir la prendre pour la coiffé et s'amuser avec. Le corbeau l'interrompu dans son délire pour lui poser une question. Pour une fois que c'était lui.

*Tu crois qu'ils sont en couple ?*

Les deux poupes discutaient ensemble, il avait l'air de bien s'entendre. Pensif, il lui répondit.

*Hmm...peut être. Mais si c'est le cas, je pleins Ken.*

La curiosité à l'état pur. Si le volatile pouvait sourire, il l'aurait fait.

*Pourquoi ?*

L'évidence même.

*Ben parce que Barbie elle est comme Zeus, elle à des milliers d'amant.*

Preuve que Autremonde ne connais pas Barbie.

*Qu'est ce qui te faire dire ça ?*

Avec tout cela, il devrait faire un film "Barbie et les mecs."

*Bah elle a un prince Eric, un prince Daniel, un prince Stephan, un Ken. Je continue ?*

L'oiseau lui répondit à moitié endormis.

*Euh non.*

Les deux être pas discret du tout baissèrent la tête en même temps, regardant la table quand la poupes de luxe les regardèrent. Grillé.

Délias ne pouvait plus ce permettre de continué à expliquer la vie si passionnante de Barbie. Alors il regarda la salle, composé de deux couples et de trois familles. La table à droite étais occupé par un couple de jeune. La demoiselle étais blonde au yeux marron avec un robe de sorceliere. Elle se tenait la tête à deux main, fasciné par ce que disait le garçon et complètement amoureuse de lui. Celui étais brun au yeux vert, cheveux bien coiffé, il étais habillé en noir. Sûrement un voleur patenté, il racontais sûrement ces exploits.

Un peu plus au fond. C'était un couple de trentenaire. La femme étais blonde au cheveux court tel ceux des années 50, elle avait des yeux bleu claire tel le cristal brillant tout son éclat. Elle avait des lèvres parsemer d'un rouge à lèvre rose. En face, sûrement son mari étais châtain avec des yeux petits, brillant et marron. Tous deux étais habillé comme vous et moi. Bref normalement. Ce qui est assez rare.

Apres ce n'était que des familles d'allant de trois à cinq. Composé des parents et d'enfant de toutes âges. Partant de bébé à adolescent. Bref pas grand chose à dire.

Des passants passèrent les deux zigoto et l'elfe. Sur le coup, Délias pouvait comprendre que les gens les prennent pour un couple. Une femme, un homme, un restaurant, une table. Pour la plupart des gens dans la galaxie, ceci est communément appelé un Rendez Vous Amoureux. Un RVA. Gouré, c'est juste un repas.

L'humain fut contraint d'arrêter d'examiner les lieux qui comportais beaucoup d'issus de secours et de porte menant au cuisine puisque une voix provenant d'en face se déclara.

-Alors dites-moi, qu'est ce que vous faites dans la vie ?

Il fallait avoué que le jeune homme ne savait quoi répondre. Alors Kanji étais venu en aide.

*Bibliothecaire.*

Affirmant comme ça, pouf.

"Bibliothécaire."

Avec une curiosité sans limite.

*Pourquoi bibliothécaire?*

Lui venant en aide...hum...pas dans le bon sens en tout cas. Les deux attendirent la réponse de Lizlide. Curieux comme jamais. Mais en attendant, Délias regarda Barbie. Et là un truc s'incrusta dans sa tête. Une chanson. Une des chansons les plus terrifiante au MONDE. Barbie girl. Hé hop. Le paumé de service l'avait dans la tête. Si il avait été seule il l'aurait chanter. Mais avec l'elfe il pouvait pas, risquant de mettre sa fierté de cote. Et il savait que pour les elfes, c'était sacré. N'empêche, il l'avait toujours. Si il la chanté, le résultat serait: il ferait fuir l'elfe, on le prendrait pour un fou et il irait à l'équivalent de l'asile psychiatrique, il se ferait chasser du restaurant, il aurait les flics au popotin. Super. Néanmoins il avait quand même envie de se payer l'affiche. Va t-il se lancer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz
Admin


Féminin
Nombre de messages : 1418
Localisation : In my world...
Date d'inscription : 06/10/2007

Accreditation
Race: Elfe
Age: 19 ans en apparence
Nom dans le RPG: Lizlide

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Lun 23 Mai - 23:07

"Bibliothécaire."

Bibliothécaire ? Croyait-il vraiment qu'elle allait gober ça ? Dans ce cas, il était un imbécile fini, sans espoir de retour. Ou alors il la prenait pour une imbécile, et dans ce cas, il pouvait commencer à douter de son intégrité physique et mentale lorsqu'elle en aurait fini avec lui.

Il aurait peut-être eu un espoir qu'elle le croit si elle ne l'avait pas vu se battre, ni courir, ni se fondre dans la masse comme s'il y était habitué. Et même si elle aurait pu avoir un doute à ce moment là, après tout la grande majorité des bibliothécaires et des libraires étaient des Camhboums, elle aurait peut-être pu y croire. Mais dans la situation où ils étaient, le croire voudrait dire qu'elle acceptait d'être prise pour une imbécile. Et c'était quelque chose d'impensable, une question d'honneur.

Lizlide afficha un des sourire les plus hypocrites qu'elle puisse avoir et se pencha en avant tout en s'appuyant sur ses avants bras.


-Bien sûr, et vous voyez le jeune homme là-bas ?

Elle désigna d'un mouvement de tête le jeune humain brun aux yeux verts qui, à en juger par sa tenue autant que par les gestes habiles et précis qu'il faisait, était un voleur patenté.

-Et bien, il est boulanger. C'est flagrant, non ?

Question purement rhétorique. Du coin de l’œil, l'elfe aperçut le boulanger en question tourner la tête dans leur direction et lui jeter un regard de confusion. Il interpela ensuite le serveur, seul depuis que la blonde qui faisait le service avait disparu derrière une porte, et lui chuchota quelque chose à l'oreille. Le serveur se dirigea ensuite vers Liz, avant de s'arrêter devant la table et de prendre un air on ne peut plus sérieux qui aurait pu faire sourire la jeune femme si elle n'avait pas été aussi concentrée sur son objectif de faire avouer à son invité qu'il avait menti. Après tout, elle n'était pas très regardante, et elle se fichait pas mal qu'on veuille répondre ou non à ses questions tant qu'il ne s'agissait pas d'une information vitale pour elle. A la rigueur, elle acceptait qu'on tente de lui faire croire à un mensonge sans importance auquel il était possible de croire. En revanche, elle n'acceptait pas qu'on se fiche d'elle et qu'on essaye de lui faire avaler un mensonge aussi improbable. Elle était une elfe, pas une idiote.

Elle se redressa et fixa son regard ainsi que son attention sur l'humain qui venait d'arriver avec une intensité qui mettrait mal à l'aise n'importe quel être vivant censé. Le résultat escompté ne se fit d'ailleurs pas attendre, et elle vit avec satisfaction le serveur trituré ses doigts et fixer son regard au dessus de son épaule.


-Le... le client assis là-bas voudrait que vous... que vous arrêtiez de dire des choses fausses à son sujet. Il dit aussi que... qu'il a une fierté et qu'il refuse d'être comparé à un boulanger.

Une fois son message transmis, le serveur s'empressa de s'en aller sans attendre de réponse positive de l'elfe qu'il était venu voir.

Lizlide tourna de nouveau la tête vers l'humain en face d'elle, ainsi que vers son corbeau, et leur adressa à tous les deux un sourire totalement innocent qui semblait assez inapproprié dans cette situation.

-Vous n'auriez pas quelque chose à me dire, par hasard ?

L'elfe attendait simplement des excuses. Ou alors, si des excuses étaient trop demandées, après tout elle connaissait certaines personnes qui préfèreraient se donner la mort plutôt que de s'excuser, elle voulait au moins qu'il reconnaisse qu'il avait menti. Elle avait peut-être poussé un peu loin pour lui faire avouer quelque chose d'aussi futile, mais ne dit-on pas que la fin justifie les moyens ? Et puis, ce n'était pas vraiment comme si elle avait eu à se forcer, effrayer les gens pouvait parfois être amusant quand on savait comment s'y prendre.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délias Dahani



Nombre de messages : 143
Age : 20
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Mar 24 Mai - 0:46

Là il le sentait mal, il le savait parfaitement que l'elfe ne le croirais pas. Mais son familier l'avait pris par une de ces surprise qu'il n'avait put que répéter la gourde de celui ci. Bibliothécaire, c'était quand même fort. Il n'aurait pas pu faire ce métier. Être encerclé par des milliers de livres même si ça ne le dérangeait pas de lire non ce qui le dérangeait c'était le fait de ne pas pouvoir bouger, de ne pas être libre de ces mouvements.

Il cligna des yeux pour revenir au présent, et s'aperçut que l'elfe lui faisait un sourire hypocrite, plus hypocrite que ça, on meurt. Cela témoignais que son interlocutrice ne l'avait pas cru, pour dire il ne le croyais pas lui même alors ça aurait été dure de le faire croire à quelqu'un d'autre. L'humain regarda son corbeau qui fixait le sourire de la demoiselle. Ces yeux doré révélait la désapprobation d'un tel sourire. D'accord, ils avaient pas été malin sur ce coup. Délias allait bien expliquait la situation à Lizlide mais celle ci se pencha en avant, elle allait péter un câble, ça ne saurait tarder.

-Bien sûr, et vous voyez le jeune homme là-bas ?

Eh bah non, à la place, d'un mouvement de tête elle leur indiqua un homme brun. C'était le voleur patenté qui était en couple avec la blondinette complètement folle de lui. Tellement qu'on pourrait penser qu'elle est groggy. L'elfe reprit en leur posant une simple petite question.

-Et bien, il est boulanger. C'est flagrant, non ?

Elle dit suffisamment fort pour que le jeune homme l'entende. Chose qu'il le déplut fortement. Le sois disant Bibliothécaire l'avait remarquer, d'après son regard confus qu'il adressait à la jeune femme au cheveux argenté. Peu de temps après, il appela la poupe mâle et lui chuchota quelque chose à l'oreille du serveur. Celui s'approcha d'eux pour s'adresser à l'elfe. Mais celle-ci lui envoya un de ces regard, ce qui mit mal à l'aise le mannequin vivant puisqu'il bougeait ces doigts avec nervosité. Évitant le regard de la cliente, il répéta en bégayant un ce que le voleur lui avait dit. On aurait dit un enfant qui récitais un poème devant toute la classe.

-Le... le client assis là-bas voudrait que vous... que vous arrêtiez de dire des choses fausses à son sujet. Il dit aussi que... qu'il a une fierté et qu'il refuse d'être comparé à un boulanger

C'était compréhensible, qui le voudrait ? Bon a part ceux qu'ils le veulent et ceux qu'ils le sont, il n'y à pas grand monde. Suite au message réciter, il repartis le plus vite possible. Ne voulant pas que l'elfe croit des choses fausses. Il s'adressa oralement à son familier.

"Wouah, Ken étais nerveux, c'est pas son genre."

L'humain regardait le serveur intensément, si sa continuait comme ça. Celui partirait rejoindre Barbie. D'ailleurs, il remarqua les yeux bleus et doré fixer sur lui. Ne se sentant pas tres bien, il partis rejoindre sa Belle.

"Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants"

Phrase culte de Disney que Délias ne put s'empêcher de dévoiler. Ces deux là faisait penser au film de princesse pour petite fille.

Il se concentra sur l'elfe qui leur adressèrent un sourire innocent.


-Vous n'auriez pas quelque chose à me dire, par hasard ?

Il avait jouer les gentleman, il devait tenir son rôle jusqu'au bout. Ce ne serait pas crédible. Ça aurait comme si un comédien jouant une duchesse lors d'un spectacle, s'arrêtait brusquement pour jouer les gros durs. C'est pas le monde à l'envers ici...même si on en étais pas loin.

"Veuillez m'en excuser, j'ai été surpris par le métier que m'avait dit Kanji que je n'ai put me retenir de le répéter. Sinon je suis marchand. Et je ne suis pas de service, je n'ai donc pas l'intention de vendre quoique ce sois."

Alors là si elle le croyait pas sur l'histoire de la surprise, il ne pouvait rien n'y faire. C'est la pure vérité. Quant au métier de marchand, ce n'est pas totalement vrai mais ce n'est pas faux pour autant. En effet puisque généralement il avait pour couverture, marchand de dague. Alors des fois il étais contraint de le faire pour de vrai. Et ce n'est pas une grande réussite. Qui voudrait de dague ? C'est comme si sur Terre, vous alliez acheter des légumes à un SDF. Vous avez une grande majorité de chance qu'elle sois voler ou qu'elle sois de mauvaise qualité. Ils attendirent tous deux une réponse de la demoisselle et de préférence, une réponse positive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz
Admin


Féminin
Nombre de messages : 1418
Localisation : In my world...
Date d'inscription : 06/10/2007

Accreditation
Race: Elfe
Age: 19 ans en apparence
Nom dans le RPG: Lizlide

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Mar 24 Mai - 23:24

"Veuillez m'en excuser, j'ai été surpris par le métier que m'avait dit Kanji que je n'ai pu me retenir de le répéter. Sinon je suis marchand. Et je ne suis pas de service, je n'ai donc pas l'intention de vendre quoique ce soit."

Lizlide fut sceptique à l'entente de la réponse du jeune homme, mais sa réponse eu le mérite de lui rendre son calme, pour le peu qu'elle en possédait. Le point positif, c'était qu'au moins, il avait présenter ses excuses, le côté négatif, c'était qu'elle avait du mal à savoir s'il lui disait la vérité, ou s'il la prenait de nouveau pour une imbécile. Il y avait assez peu de gens qui arrivait à la faire douter de cette manière, et le seul autre humain, ou plutôt l'humaine, qui arrivait à maîtriser aussi bien ses émotions au point de l'induire en erreur était une professionnelle du genre.

Le regard de l'elfe glissa vers l'extérieur qu'elle pouvait apercevoir à travers la baie vitrée, et elle songea un instant à ce qu'elle aurait fait s'il s'agissait de quelqu'un à qui elle tenait en face d'elle, si ça avait été quelqu'un qui avait de l'importance pour elle. Elle savait qu'elle aurait probablement laisser passer la chose, sans y faire plus attention une fois l'incident clos. Et ce fut ce qu'elle décida de faire. L'elfe n'était certes pas la personne la plus généreuse du monde, mais elle savait faire preuve d'indulgence quand il le fallait, et puis il fallait ajouter qu'elle n'avait pas vraiment envie de se prendre la tête outre mesure avec une personne qu'elle ne reverrait peut-être jamais.

Liz fit retourner son regard vers le jeun homme et son familier qui semblaient tout deux attendre une réponse de sa part. Elle ne se fit pas prier plus longtemps et eu un léger sourire, bien plus sincère que les précédents, en répondant d'une voix douce, sûrement empreinte d'un peu de nostalgie.


-Ce n'est pas bien grave, je me suis aussi laissée emporter, nous sommes autant fautif l'un que l'autre.

Elle tourna la tête en sentant la serveuse arriver avec leurs commandes respectives, et la remercia d'un mouvement de tête lorsque cette dernière eût déposer les boissons, sa coupelle de fruits et l'assiette de gâteaux. Puis elle redirigea son attention vers son interlocuteur en se promettant que cette fois-ci, elle allait garder son calme. Ou tout du moins essayerait-elle. Elle tenta donc de réengager la conversation d'un air intéressé.

-Mais vous me paraissez jeune pour être un marchand à votre propre compte, quel âge avez-vous, si je ne suis pas trop indiscrète ?

La question l'intéressait réellement d'une certaine manière, mais elle avait aussi besoin de quelque chose qui, quelque soit la réponse donnée, ne provoquerait pas une nouvelle montée de colère chez elle. Et si cet homme arrivait à la mettre en colère en répondant seulement à ça, alors elle se verrait obligée d'admettre qu'il avait un véritable don pour se mettre les elfes à dos. Et elle n'était pas certaine que sur cette planète, ce soit une bonne chose.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délias Dahani



Nombre de messages : 143
Age : 20
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Mer 25 Mai - 18:09

Apres ces excuses, l'elfe sembla s'apaiser. Point à retenir, toujours s'excuser devant un elfe quand celui ci dit qu'on a mal agit.

-Ce n'est pas bien grave, je me suis aussi laissée emporter, nous sommes autant fautif l'un que l'autre.

Elle se sentais fautif ? Eh ben, une elfe qui prétend avoir des tord, on n'en trouve pas souvent. Au yeux de l'humain ici présent les elfes sont tous des tapettes qui font l'aureale avec leur cheveux et ils se prétende virile. Mais elle, elle avait certe au debut joué la virile mais ensuite elle se met fautif. Bon elle à part encore faire l'aureale, mais sa ne saurait tarder. Il allait bien porter toute la faute sur lui mais sa ne ferais qu'engendrais une discussion sur savoir qui est fautif ou non. Un sujet peut intéressant à son goût et de toute manière, on allait pas rester trois ans sur une histoire de métier.

*Quand est ce qu'on mange ?*

A cette pensé, Barbie arriva avec leur commande. Des biscuits, une boisson fraîche et un bolle de fruit. Elle étais peut être au régime.

"Merci Barbie."

Il le dit suffisamment fort pour que la serveuse l'entende. Celle ci lui adressa un regard d'incompréhension et repartis comme si de rien n'était.

Kanji regardait son maître avec envie, il ne pouvait se servir puisque les gâteaux etais trop gros pour qu'il les avales d'un coup. Délias qui avait comprit l'envie de son familier, il prit un gateau pour le casser en deux, ensuite il le donna au corbeau qui ne se fit pas attendre pour le manger. La boisson du jeune homme étais de couleur rose presque rouge. De la grenadine ? Il en gouta et fut pas surpris de ne pas avoir un goût de fraise. Le jeune homme avait à la place un goût inexistant sur Terre, un goût bizarre mais pas désagréable au contraire. C'était même plutôt bon. L'humain coupa encore des gâteaux pour ce pauvre volatile affamé. Apres tout, voler c'est epuisant pour les oiseaux. Et depuis sa rencontre avec l'elfe, il avais été beaucoup dans les airs. Lizlide interrompa le cassage de biscuit qui plus est ennuyeux.


-Mais vous me paraissez jeune pour être un marchand à votre propre compte, quel âge avez-vous, si je ne suis pas trop indiscrète ?

Étonné, il ouvrit tout d'abord des grands yeux. En quoi c'etait intéressant de savoir son age ? Les marchands ne sont pas tous vieux. Quoique on pouvait pas vraiment dire qu'il étais marchand. Mais bon. D'autant plus que l'elfe avait eu de la chance que ce soit un garçon. L'excuse "On ne demande pas l'âge à une femme." n'est pas valable. De toute manière ça ne le dérangeait pas de lui dévoiler son âge.

"J'ai 24 ans. Je n'ai jamais vraiment aimer qu'on me dirige."

Dans ce monde il étais pourtant contraint de le faire si il ne voulait pas finir en pater pour chien. Et il devait également écouter ce que disait Kanji pour qu'il ne se reperd à nouveau. Trois heures pour retrouver son chemin et dix secondes pour le perdre. Chose qui avait souvent désespérer sa mére au temps où elle étais encore en vie. Il avait hérité cela de son père. D'ailleurs celui ci pouvait se perdre dans sa propre maison. Maintenant Délias comprenait pourquoi sa mére lui disait toujours qu'elle étais fatigué. Avec deux boulets pareille.

Un pincement lui rappela les évènements presents. C'était Kanji qui avait encore faim. Monnaie d'échange, si l'humain se perdait toujours, le corbeau, quant à lui, il avait toujours faim. Il recommença donc son activité de coupeur de biscuit.


"Mais dite moi, et vous ? Que faite vous dans la vie ?"

Il étais plus recommander de lui demander son métier que son âge car elle, elle pouvait appliquer l'excuse que toute femme utilisait pour éviter de répondre sa question. Maintenant il étais tout seule a attendre une réponse puisque le volatile étais trop occuper à manger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Aujourd'hui à 17:35

Revenir en haut Aller en bas
 
Une foule, un paumé et un truc blanc.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un truc pour la santé
» Comment on arrête ce truc ?! [PV : May]
» Truc pour l'alimentation
» Obama devant une foule de 100.000 personnes dans le Missouri
» Un truc sans rapport avec OGame

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
tara duncan :: Omois - Tingapour :: Les boutiques-
Sauter vers: