tara duncan

Forum RPG sur tara duncan
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une foule, un paumé et un truc blanc.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Délias Dahani



Nombre de messages : 143
Age : 20
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Jeu 7 Juil - 18:19

-Mon enfance ? Plutôt banale je dirais, il y a eu des moments heureux, d'autres un peu moins. Il n'y a rien eu de bien exceptionnel en somme.

Quoi ? C'est tout ? Délias s'attendait à plus que ça. Ce qu'il voulait c'était détaille à en perdre la tête, mais nan. "Il n'y a rien eu de bien exceptionnel en somme.", l'humain ne pouvait pas croire une telle chose. Après tout si il avait bien compris, les Elewens sont une famille importante et une enfant qui vient de famille noble ne peut pas avoir une enfance comme les autres. Donc à ses yeux, l'elfe ne voulait pas en parler ou ne pouvait pas. Mais cela lui ramenait au point de départ, il en sait toujours pas sur l'enfance de l'elfe et elle n'avait pas l'intention de le lui dire. Mais peut-importe ce qu'il dira du moment qu'il en saura un peu plus sur son enfance. Il voulait seulement savoir si globalement, c'était une enfance heureuse ou non. Il allait réfléchir sur comment obtenir ces informations, mais l'elfe l'interrompit.

-Vous êtes originaire d'Omois, c'est bien ça ? Et vous n'avez jamais songé à visiter d'autres pays ?

Eh ben dis donc, c'est qu'elle ne lâchait pas l'affaire aussi facilement mais peut-importe. Délias était dans la mouise, mais il s'en sortira. Il ne connait ni le nom des pays, ni ce qu'il y a là-bas. Alors, pour combler sa lacune il fit appelle aux connaissances de Kanji qui avait littéralement...disparue. L'humain le contacta mentalement et celui-ci lui dicta des noms et ce qui si trouvait. Le comédien n'avait plus qu'a répété les noms et commenté.

"Visiter d'autres pays ? Pour allez où ? En Krasalvie où je risque de me faire mordre à chaque coin de rue ? Nan. Ou peut-être à Krankar là où je peux me faire assommer à tout moment. Hmm...sans moi. Donc non, je ne songe pas à visiter d'autres pays malgré le fait que je sais qu'il y en a plusieurs qui peuvent être agréables à regarder."

Pff...tout ça pour dire non. C'est un peu long, nan ? Bah qu'importe, maintenant il devait retrouver son familier.

#T'es ou ?#

#Regarde de l'autre côté de la rue.#

Délias s'exécuta et regarda à travers la vitre, la circulation était de nouveau fluide. Les passants ne faisaient plus attention à eux, trop occupé par leur soucis personnel. Mais ce n'était pas ça qui intéressait le terrien. Le comédien plissa ses yeux puis les ouvrirent en grand surpris. De l'autre côté se trouvait un autre restaurant, presque similaire où il y avait une tâche noire qui bougeait vivement pour montrer sa présence. Kenji était dans ce bâtiment en quête de nourriture. Son maître soupira et se reconcentra sur son interlocutrice. Elle lui avait posé une question à son tour.

"Vous avez dit tout à l'heure que chez les elfes le vert est exceptionnel donc vous devez faire partie d'une famille noble. Et je doute qu'une enfant vennant d'une famille importante ai eu une enfance comme les autres. Donc ma question est la suivante ": votre enfance était-elle globalement joyeuse ou non ?"

La meilleure façon de savoir quelque chose c'était de le demander directement. Même si parfois, il est nécessaire de passer par toute une démarche avant d'obtenir l'information voulue. Ben oui, ce n'est pas ce qu'ils font les psychiatre ? Il attendait la réponse de l'elfe et craignait surtout pour la prochaine question...s'il y en a une. En attendant il était obligé d'écouter les commentaires de son familier sur comment les gens s'y prenaient pour obtenir de la viande. Et l'humain devait avouer que ça l'intéressait guère et que parfois les explications du corbeau était un peu morbide. Mais malheureusement il ne savait pas comment on faisait pour couper le lien entre un familier et son maître. Alors, à la place il chanta dans sa tête une chanson, ainsi il n'entendait pas le volatile par contre il devait faire attention aux lèvres de l'elfe pour vérifier quand elle parlait et quand elle ne disait rien.

HJ Tant fait pas, de toute manière en aout ça sera dure pour moi de me répondre. J'expliquerai plus en détail en fin juillet quant au brevet j'aurais les résultats demain et bon courage pour ton travail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz
Admin


Féminin
Nombre de messages : 1418
Localisation : In my world...
Date d'inscription : 06/10/2007

Accreditation
Race: Elfe
Age: 19 ans en apparence
Nom dans le RPG: Lizlide

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Ven 15 Juil - 15:29

"Visiter d'autres pays ? Pour allez où ? En Krasalvie où je risque de me faire mordre à chaque coin de rue ? Nan. Ou peut-être à Krankar là où je peux me faire assommer à tout moment. Hmm...sans moi. Donc non, je ne songe pas à visiter d'autres pays malgré le fait que je sais qu'il y en a plusieurs qui peuvent être agréables à regarder."

La réponse surprit Lizlide, il fallait dire qu'elle s'attendait à tout, sauf à ça. En l'écoutant, elle avait l'impression que l'idée même de mettre ne serait-ce qu'un orteil en dehors d'Omois rendait le jeune homme malade. Et pourtant, c'était bien lui qui lui avait demandé à quoi ressemblait Selenda quelques minutes auparavant. Ce garçon se contredisait, et pendant un court instant, l'elfe eu un sourire en se disant qu'elle n'était pas la seule personne pleine de contradictions dans cette pièce. Puis elle se ressaisit. S'il se contredisait, ce n'était probablement pas parce que c'était dans sa nature, mais plutôt parce qu'il tentait d'éviter le sujet. Manœuvre que ne comprenait pas vraiment la jeune femme. Venir d'un autre endroit n'était pas un crime, il n'y avait donc pas vraiment de raison pour qu'il veuille le cacher à ce point, à moins qu'il n'ai commis un crime atroce dans ce pays-là. Réalisant ce à quoi elle venait de penser,

Liz envisagea cette possibilité, tentant de se représenter son invité en criminel recherché internationalement. Et elle eu un mal fou à se retenir d'éclater de rire. Elle s'imaginait mal le jeune homme en grand criminel alors qu'il peinait même à trouver son chemin dans le centre-ville sans l'aide de son corbeau. D'ailleurs, se fut en pensant au dit familier qu'elle remarqua son absence. Elle allait poser la question au maître de l'oiseau lorsqu'elle remarqua qu'il avait la tête tournée vers l'extérieur. Suivant son regard, la jeune femme finit par apercevoir Kanji de l'autre côté de la rue, derrière la vitrine d'un autre restaurant. Étrangement, cela ne l'étonna outre mesure, et même sans lire dans ses pensées, elle ne doutait pas un seul instant qu'il avait pour projet de dévaliser la nourriture du second restaurant. Elle se surprit à sourire de nouveau, mais espéra tout de même qu'il s'arrêterait là. Elle n'avait rien contre le fait qu'il se nourrisse, mais si cela devait causer la faillite de ses victimes, là, ça lui posait un problème de conscience.

Elle n'eut pas vraiment le temps de réfléchir plus profondément au possible problème de conscience qui la guettait car l'humain avait repris la parole.


"Vous avez dit tout à l'heure que chez les elfes le vert est exceptionnel donc vous devez faire partie d'une famille noble. Et je doute qu'une enfant venant d'une famille importante ai eu une enfance comme les autres. Donc ma question est la suivante : votre enfance était-elle globalement joyeuse ou non ?"

Si elle refusait de lâcher le sujet de son origine, lui en revanche semblait tout aussi têtu lorsqu'il s'agissait de son enfance. La question paraissait simple dans son ensemble, et elle l'était si on se souvenait de la période abordée. L'ennui, c'était justement qu'elle n'avait plus aucun souvenir et était donc totalement incapable de lui répondre. Et elle se voyait vraiment mal lui annoncer avec un grand sourire qu'elle ne répondrait pas à sa question parce qu'elle avait une amnésie partielle qui concernait spécifiquement cette partie de sa vie. Non, vraiment, il en était hors de question. Elle se rabattit donc sur le mensonge, en espérant qu'il ne cherche pas à approfondir la question.

-Je ne vois pas pourquoi le fait que je vienne d'une famille importante rendrait mon enfance plus ou moins joyeuse que celle d'un autre enfant, seule l'éducation change. Mais pour répondre à votre question, oui, mon enfance était plutôt heureuse. Bien que je ne vois pas l'intérêt que vous avez à le savoir.

Elle retint de justesse un regard dédaigneux qui aurait pu être la touche finale de son discours, se disant qu'elle en faisait peut-être un petit peu trop tout de même. Ce pauvre garçon ne pouvait pas savoir qu'il l'interrogeait sur la seule et unique période de sa vie dont elle ne savait presque rien si ce n'était ce qu'avait bien voulu lui raconter sa famille. Et autant dire qu'elle n'était pas certaine de pouvoir s'y fier complètement, particulièrement quand on voyait les différents qui l'opposaient à ses parents.

Pour éviter de trop approfondir le sujet qui la gênait, la jeune femme décida de revenir sur le sujet précédent histoire de bien montrer qu'elle ne comptait pas abandonner aussi facilement.


-Vous dites ne pas vouloir visiter d'autres pays, mais ça ne vous a pas empêché de me demander à quoi ressemblait le mien, ce n'est donc pas la curiosité qui vous manque. Alors pourquoi refusez-vous d'y songer ? Je comprends que la Krasalvie et le Krankar puisse vous effrayer, les habitants n'y sont pas les plus accueillants du monde, même si je tiens à préciser qu'il existe très peu de vampires buveur de sang humain là-bas. Mais vous pourriez visiter le Lancovit par exemple, c'est charmant et il s'agit d'un royaume humain. Ou alors Vilains, c'est aussi un pays où il y a énormément d'humain. Même si j'avoue qu'il vaut mieux y faire très attention à sa bourse.

Elle décrocha un petit sourire amical à son vis-à-vis afin de l'encourager à poursuivre sur cette voie et accessoirement pour se donner une contenance des plus innocente. Après tout, cela l'inciterait peut-être à parler.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délias Dahani



Nombre de messages : 143
Age : 20
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Sam 30 Juil - 18:28

-Je ne vois pas pourquoi le fait que je vienne d'une famille importante rendrait mon enfance plus ou moins joyeuse que celle d'un autre enfant, seule l'éducation change. Mais pour répondre à votre question, oui, mon enfance était plutôt heureuse. Bien que je ne vois pas l'intérêt que vous avez à le savoir.

Bon il avait sa réponse, il allait la laisser tranquille maintenant. Mais lui aussi, il se rendait compte que lui non plus, il ne savait pas à quoi ça le servirait de savoir ça. Qu'il sache ou non ça ne lui apportera rien. Bien au contraire. Mais il était curieux. Qu'est-ce qu'on pouvait faire contre ça ? Rien. Le jeune homme soupira, il se rappella de cette phrase culte: "la curiosité est un vilain défaut." Délias le savait et même très bien. Combien de fois il a été dans la mouise à cause de sa curiosité. À force il ne comptait plus par contre Kanji qui mangeait lui rappela mentalement. L'humain en fut surpris. Tant que ça ? Il avait atteint le record du monde là. Kanji en été désespérer et Délias en été ravi. Fier de lui, il se félicita d'avoir autant foutu la mouise. Il était fort quand même. Lizlide quant à elle interrompra ses pensées.

-Vous dites ne pas vouloir visiter d'autres pays, mais ça ne vous a pas empêché de me demander à quoi ressemblait le mien, ce n'est donc pas la curiosité qui vous manque. Alors pourquoi refusez-vous d'y songer ? Je comprends que la Krasalvie et le Krankar puisse vous effrayer, les habitants n'y sont pas les plus accueillants du monde, même si je tiens à préciser qu'il existe très peu de vampires buveur de sang humain là-bas. Mais vous pourriez visiter le Lancovit par exemple, c'est charmant et il s'agit d'un royaume humain. Ou alors Vilains, c'est aussi un pays où il y a énormément d'humain. Même si j'avoue qu'il vaut mieux y faire très attention à sa bourse.

Sur le coup, il n'avait pas besoin de réfléchir, sa réponse était déjà toute faites. Après, il ne savait pas si elle allait comprendre quelque chose, vu qu'il se doutait que ça sera un peu confus. Mais bon, il verra.

" Mais qui vous dit que je n'ai pas visité le Lancovit ? J'y suis déjà allé et plus d'une fois. C'est même là-bas que j'ai vu des sangs raves pour la première fois. Et c'est même là-bas que j'ai fait la connaissance d'une voleuse patentée. Donc ne croyait pas que je n'ai jamais visité d'autres pays. Bien au contraire. Et même si maintenant je n'ai pas vraiment envie de bouger, ça ne m'empêche pas de me renseigner. Après tout si un jour, j'ai envie de visiter un autre pays, je pourrais facilement décider lequel. Et cela grâce au renseignement que j'aurais pu obtenir. Vous savez maintenant pourquoi je vous ai demandé à quoi ressemblait votre pays."

Elle aurait surement quelque chose à répliquer. Mais pour le moment, c'était qu'un détail parmi tant d'autres. Délias regarda par la fenêtre histoire de voir ce que faisait Kanji. Et à son grand étonnement il avait cessé de manger. Mais pour combien de temps ? Le volatile descendit de la table où il mangeait et sortit du restaurant. Il prit son envole en leur direction. Le jeune homme s'attendait à voir son familier s'écraser au sol à cause du sur-poids. Chose qui arriva pour la première fois et Délias ne put retenir son rire.

# Fallait bien que cela arrive un jour. #

Le corbeau était de mauvais poils, il sauta pour avancer. À ce rythme il y serait encore demain. Mais là n'était pas le problème. Le problème est que la porte du restaurant où se trouvait son maître était fermé et qu'il pouvait attendre longtemps avant que quelqu'un ouvre. Mais heureusement un client entra, laissant ainsi passer Kanji. L'animal pénétra avec discrétion, il rejoint la table où se trouvaient l'elfe et l'humain. Humain qui était toujours dans son fou rire et qui ne faisait qu'énerver davantage le corbeau. Celui-ci croassa attirant l'attention sur lui. Toute la salle regardait le volatile. Le maître de l'animal cessa enfin de rire et le prit pour le poser sur la table puisque Kanji n'arrivait plus à voler. Pour se venger l'oiseau s'avançait dangereusement de la bière de Délias. Mais celui-ci l'empêcha d'en prendre. Il pouvait manger autant qu'il le souhaitait, mais il ne devait pas toucher à la nourriture de son maître. Kanji le savait et pourtant ça ne l'empêchait pas d'essayer encore et encore, mais en vain. Délias resta impartiale sur ce fait et pour embêter son familier, il but un peu de sa bière. Maintenant il restait plus que la moitié et Kanji n'en auront pas une goutte. Une guerre sans merci commença. Et tout ça pour une bière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz
Admin


Féminin
Nombre de messages : 1418
Localisation : In my world...
Date d'inscription : 06/10/2007

Accreditation
Race: Elfe
Age: 19 ans en apparence
Nom dans le RPG: Lizlide

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Jeu 1 Sep - 18:45

" Mais qui vous dit que je n'ai pas visité le Lancovit ? J'y suis déjà allé et plus d'une fois. C'est même là-bas que j'ai vu des sangraves pour la première fois. Et c'est même là-bas que j'ai fait la connaissance d'une voleuse patentée. Donc ne croyez pas que je n'ai jamais visité d'autres pays. Bien au contraire. Et même si maintenant je n'ai pas vraiment envie de bouger, ça ne m'empêche pas de me renseigner. Après tout si un jour, j'ai envie de visiter un autre pays, je pourrais facilement décider lequel. Et cela grâce au renseignement que j'aurais pu obtenir. Vous savez maintenant pourquoi je vous ai demandé à quoi ressemblait votre pays."

Lizlide ne put s'empêcher de sourire en entendant la répliquer de son interlocuteur. Elle comprenait qu'elle avait fait une méprise sur les intentions du jeune homme, et ne pouvait s'empêcher de le regretter, cependant, cela lui permis de conclure que la gêne de son vis à vis ne venait pas du fait même de voyager. Et si le problème ne venait pas du fait de voyager, alors c'était qu'il provenait des destinations. L'ennui, c'était qu'il y avait de nombreuses destinations possibles, et l'elfe se voyait mal les énumérer une à une afin de trouver celle qui mettait son vis à vis mal à l'aise, même si elle pouvait d'ores et déjà en rayer quelques unes telles que la Krasalvie, le Krankar ou encore Selenda dont elle était quasiment certaine qu'il n'y avait jamais mis ne serait-ce qu'un orteil.

La jeune femme fut sortit de ses pensées par le son du rire de Délias. Suivant son regard couleur d'océan, elle aperçu le corbeau qui l'accompagnait et qui, semblant être enfin repu, avait entreprit de revenir vers son frère d'âme. Chose qui, il semblait, serait moins facile que prévu au départ par le pauvre volatile puisqu'il était complètement cloué au sol et condamné à revenir en sautillant. A cette vue, l'argentée fut prise d'un fou rire incontrôlable qu'elle tenta plus ou moins d'atténuer avant que l'oiseau ne parvienne jusqu'à leur table. Parce qu'elle avait beau ne pas avoir de familier, pour en avoir déjà fait les frais, l'elfe était parfaitement au courant du fait que ces derniers avaient tendance à se vexer tout aussi facilement que n'importe quel autre être doté d'une conscience. Ce fut d'ailleurs ce qui arriva lorsque Kanji atteignit finalement la table à laquelle ils étaient assis et que, vexé par le rire de son maître, il se mit à croasser et à attirer l'attention de toute la salle du restaurant sur lui.

Liz tourna rapidement la tête afin d'observer la réaction des autres clients du restaurant. Dans un coin, une petite fille riait à côté de ses parents qui arboraient chacun un sourire mal dissimulé tandis que de l'autre côté, un couple lançait un regard étrange à la scène qui se déroulait devant leurs yeux. En retournant son attention vers l'animal, l'elfe s'aperçut qu'il n'était plus à terre, mais sur la table, probablement grâce aux soins de l'humain puisque le pauvre familier était incapable de voler pour l'instant. Néanmoins, son incapacité à voler semblait se compenser dans son intention de se venger de celui qui s'était ouvertement moqué de lui en s'en prenant à son verre de bière. La jeune femme ne comprenait pas vraiment en quoi cela pouvait être une vengeance, mais aux vues de la façon dont l'humain rendait infructueuse toute les tentatives de son compagnon d'âme, elle en déduisit qu'ils devaient probablement avoir instauré une espèce de règlement implicite entre eux, et que l'un des article du dit règlement devait énoncer quelque chose qui ressemblait plus ou moins à "ce qui appartient au maître reste au maître" ou encore "chacun reste chez soi et les moutons seront bien gardés".

Amusée, l'elfe observa pendant quelques instants le jeu qui s'était installé entre le familier et son maître, laissant au passage le temps aux derniers curieux de détourner les yeux de l'étrange duo. Ce ne fut que lorsqu'elle commença à s'ennuyer du spectacle qu'offraient les deux compères qu'elle décida de reprendre la chasse après ce qui gênait tant le pauvre homme qui avait décidé de lui tenir compagnie. Croisant ses mains sous son menton, elle reprit la parole.


-Alors comme ça, vous avez déjà visité le Lancovit ? C'est un endroit que j'aime beaucoup, j'y passe presque autant de temps qu'à Omois.

Il était vrai que l'Elewen passait beaucoup de son temps au Lancovit puisque c'était à cet endroit qu'elle avait le plus de contacts en tout genre, sans compter son frère qui avait eu la bonne idée de s'y établir afin de mener elle ne savait trop quelle recherche et à qui elle rendait visite régulièrement. Bon, elle avouait volontiers que le rose bonbon qu'affectionnait la reine Titania et dont elle badigeonnait les environs du château la plupart du temps n'était pas vraiment à son goût et qu'elle s'en passerait sans problème, mais on ne peut pas tout avoir dans la vie, et critiquer les goûts en matière de couleur d'une des personnes avec qui on négocie, ce n'était pas exactement ce qu'on pouvait appeler faire preuve de diplomatie, loin de là. Ainsi, pour le bien de son emploi auquel elle tenait tout de même un minimum, elle se passait de faire des commentaires sur la couleur du ciel et préférait plutôt complimenter les jardins ô combien magnifiques du château royal. Mieux valait savoir jouer tout en finesse dans ces moments là plutôt que de mettre les pieds dans le plat, après tout c'était ce pour quoi elle était payée.

-Et vous avez eu l'occasion de visiter d'autres endroits ?

A peine avait-elle finit sa phrase que la jeune femme sentit une main se poser sur son bras. Baissant les yeux, elle remarqua que cette dernière appartenait à la petite fille qui n'avait pas pu s'empêcher de rire devant le spectacle qu'offrait le corbeau. Elle devait probablement avoir échappé à la surveillance de ses parents, et fixait maintenant l'oiseau de ses grands yeux brillants tout en tendant maladroitement sa seule main libre dans sa direction, l'autre étant toujours accrochée au bras de Lizlide et lui servant à maintenir son équilibre de façon précaire.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délias Dahani



Nombre de messages : 143
Age : 20
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Sam 10 Sep - 12:16

-Alors comme ça, vous avez déjà visité le Lancovit ? C'est un endroit que j'aime beaucoup, j'y passe presque autant de temps qu'à Omois.

Délias tourna la tête en direction de l'elfe quand celle-ci avait repris la parole. Il repensa au palais vivant, des chimères et tout ce qui résidait la-bas. Des souvenirs refit surface. Les kikidois, le ciel qui était rose, les grandes plaines, le chou fleur violet, le sandwich et Chloé. Cette voleuse patenté qui avait sauvé son ventre de la famine. S'il se souvenait bien, elle était blonde avec des yeux bleus et elle avait la robe du Lancovit. Le jeune homme s'en souvenait très bien de ce moment, il se souvenait comment il avait joué les infinis crétins pour s'amuser. Et cela avait bien fonctionné. Il s'était amusé comme un petit fou. Et c'était d'ailleurs là-bas que l'idée de jouer ce rôle était venu puisque c'était à ce même endroit qu'il avait rencontré les grosses frites grillés. Bon c'est sûr qu'il n'aurait pas aimé les rencontres personnellement ou encore de se battre contre eux, mais quand même, mais c'est grâce à elles qu'il avait pu s'amuser autant. L'humain pensait que ce serait pas une mauvaise idée d'y retourner. Mais c'est qu'on lui aurait fait changer d'avis. L'elfe est vraiment doué pour convaincre les gens. Ceux qui l'emploie ont bien choisit leur agent. Néanmoins, pour qu'elle réussisse vraiment il faudrait qu'il ne pique pas un sprint des sont arrivés. Etant donné que les deux fois où il est venu, il a dû courir et il n'aime pas trop être poursuivit. Et pourtant ça lui arrive souvent. Pourquoi ? Qu'a t'il fait pour mériter cela ? ... Bon d'accord c'est une question stupide, mais delà à le courser dans toute la ville, c'est exagéré non ? Le Terrien revint à la réalité, il but un peu de sa bière que l'oiseau à manifestement pas toucher quand il a vu son maitre absent. Désormais il ne restait que la moitié de son verre.

-Et vous avez eu l'occasion de visiter d'autres endroits ?

Il replanta ses yeux bleus dans ce vert de l'elfe quand celle-ci se manifesta à nouveau. Délias savait déjà ce qu'il allait lui répondre. C'est peut-être un risque, mais allez, soyons fous. Il allait lui répondre quand une petite fille vint s'accrocher au bras de son interlocutrice. Elle prenait en réalité appuie pour essayer de toucher le corbeau. L'animal était placé près du verre, au centre de la table. Le volatile ouvrait de grand yeux, il était intrigué parce qu'elle allait faire. La gamine avait placé sa main juste au-dessus de la tête du corbeau, celui-ci fixait de ses yeux dorés la petite fille. Elle baissa son majeur et lui caressa délicatement la tête. Kanji qui n'avait senti aucune menace c'était alors laissé faire. La petite fille cessa de le caresser et le prit par les deux mains. Ni Délias ni Kanji ne réagissait, ils attendaient juste la suite. L'oiseau fixait toujours la môme, il en profita pour l'examiner. C'était une gamine de quatre ans avec des cheveux mi-long bouclé et blond foncé, ses yeux était bleu et elle avait une bouche fine. Son sourire illuminait son visage et la joie pétillait dans ses yeux. Mise à part cela elle était de taille moyenne pour son age et fine. Elle portait une robe rose et des sandales de la même couleur. Au finale cet ensemble la rendait encore plus mignonne qu'elle ne l'était deja. Ses parents doivent être fou d'elle.

La gamine retourna Kanji et le lança vers le haut tout en s'ecriant:
"Vol" .Le familier déploya ses ailes et battait l'air, mais il fut attiré par le sol. Son ventre ne l'aidait en rien. La petite fille recommença encore et encore en riant. Et dire qu'un vulgaire oiseau suffisait à faire rire une môme de quatre ans. Les parents la regardaient s'amuser, ils semblaient ravi de la voir sourire autant. Le couple s'approcha de la table et s'adressa à Liz.

-Votre oiseaux à redonner le sourire à notre fille chérie, vous accepteriez de nous le vendre ? Bien sûr on vous paiera la somme que vous désirerez.

- Non

Les parents de la môme tournèrent la tête vers celui qui venait de parler. Ils ne comprenaient pas à qui et à de quoi le jeune homme venait de répondre. Ils dévisagèrent celui-ci puis ils se concentrèrent de nouveau sur l'elfe attendant leur réponse avec espoir qu'elle dise oui.

A côté la petite fille s'amuser toujours autant et Kanji semblait apprécier qu'on veuille l'aider à prendre son envol...même s'il n'avait toujours pas réussi. Quant au maître du volatile, il se tenait la tête avec sa main fermer en poing. Une mèche peut solide était tombé cachant ainsi ses yeux. Il était de nouveau ailleurs et il ne semblait pas avoir entendu ce qui se passait autour.

HJ Désolé c'est plus court que d'habitude, mais je n'avais pas plus d'inspiration et je ne savais pas quoi rajouter. Et sinon pour le paragraphe avec le Lancovit, il faut voir le RP avec Chloé que j'ai fait. "Une rencontre....innatendu."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz
Admin


Féminin
Nombre de messages : 1418
Localisation : In my world...
Date d'inscription : 06/10/2007

Accreditation
Race: Elfe
Age: 19 ans en apparence
Nom dans le RPG: Lizlide

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Dim 25 Sep - 17:33

Sans un mot, Lizlide avait observé les faits et gestes de la petite fille qui s'était accrochée à son bras. D'abord hésitante, elle s'était ensuite mise à caresser l'oiseau qui accaparait son attention. Voyant que ce dernier ne réagissait pas, elle s'enhardit encore un peu jusqu'à prendre le corbeau dans ses mains, lâchant de ce fait le bras de l'elfe sur lequel elle prenait appui. Une fois certaine que Kanji ne tenterait pas de s'échapper de son étreinte, la petite blonde s'éloigna de la table de quelques pas et commença à lancer l'oiseau dans les air tout en criant un "Vol" qui dévoilait ses intentions. Malheureusement pour la gamine, le familier était encore beaucoup trop lourd pour pouvoir voler de lui-même, et après chaque tentative d'envol, il retombait inexorablement vers le sol. Cela n'empêcha cependant pas la petite de poursuivre ses essais infructueux pendant de longues minutes, son rire s'accroissant au fil du temps qui s'écoulait.

Finalement, les parents de l'enfant s'approchèrent de la table et, contre toute attente, s'adressèrent à Liz.


-Votre oiseaux à redonné le sourire à notre fille chérie, vous accepteriez de nous le vendre ? Bien sûr on vous paiera la somme que vous désirerez.

Avant même que l'elfe ai eu le temps de se remettre de sa surprise, une réponse fusa de la bouche du véritable maître de l'oiseau, implacable.

- Non.

Ce simple mot provoqua la confusion chez le couple qui dévisagea l'humain pendant quelques secondes, un air incrédule affiché clairement sur leur visage, avant de se tourner de nouveau vers la jeune femme, une étincelle d'espoir dans les yeux. Étincelle que l'intéressée s'empressa bien vie d'éteindre après avoir jeté un coup d'œil rapide vers son invité.


-Je suis désolée, mais cet oiseau n'est pas à vendre. En fait, il ne m'appartient même pas. Donc non, vous ne l'aurez pas. En revanche, votre fille peut continuer de jouer avec lui jusqu'à ce que vous partiez si ça lui plait.

L'argentée jeta à nouveau un coup d'œil vers celui qui l'accompagnait pour voir s'il avait encore quelque chose à rajouter, ou bien s'il s'opposait à ce qu'elle venait de dire. Après tout, il en avait tout les droits puisqu'il s'agissait là de son familier dont il était question. Cependant, Lizlide comprit bien vite qu'il ne dirait rien. Parce qu'elle avait beau ne pas voir ses yeux, dissimulés derrière une mèche de cheveux, elle comprenait rien qu'à sa posture qu'il était plongé dans ses pensées, et pas prêt d'en revenir. Elle adressa donc un dernier sourire au couple pour les congédier et leur signifier qu'elle ne reviendrait pas sur sa décision, et ce malgré la déception évidente qui s'affichait sur leurs traits. Tout en les observant s'éloigner de sa table pour retourner à la leur, l'elfe eu le sentiment qu'elle aurait peut-être dû s'énerver un peu pour la forme, ou alors au moins montrer de l'agacement. Après tout, ces personnes étaient tout de même venues pour insinuer que Kanji était son familier à elle, ce qui était plutôt humiliant d'un point de vue elfique. Néanmoins, la jeune femme décida de ne pas s'en formaliser, après tout il y avait peu de chance que cette histoire n'arrive jusqu'aux oreilles de sa famille, alors elle pouvait se permettre d'être laxiste, au moins pour cette fois.

Un regard jeté dans la direction de la gamine lui fit savoir qu'elle s'amusait toujours autant avec le corbeau, et que même l'animal semblait s'amuser à tenter de voler sans jamais y parvenir. Liz anticipait déjà le moment où, fatigué par ses échecs à répétitions, l'oiseau finirait par en avoir assez. Elle espérait simplement que la petite en aurait marre avant, histoire d'éviter d'avoir un conflit d'intérêt sur les bras.

L'Elewen bu une gorgée de sa boisson tout en reportant son attention sur le brun qui lui faisait face et qui semblait être toujours plongé aussi profondément dans ses pensées. Elle hésita quelques instants à l'en sortir, sachant pertinemment à quel point cela pouvait être désagréable pour le dérangé, avant de finalement poser délicatement sa main sur le bras qui soutenait la tête du jeune homme pour attirer son attention et le sortir en douceur de sa torpeur, espérant ainsi qu'il ne lui en voudrait pas trop. Afin d'être certaine de l'avoir complètement sorti de sa rêverie, elle se pencha en avant pour pouvoir apercevoir les yeux bleus dissimulés sous les mèches de cheveux et parla d'une voix douce.


-Ça va ? Vous allez bien ?


[HJ : Pas de problème, je manque aussi cruellement d'inspiration. J'espère que tu arriveras à faire quelque chose avec ça, bonne chance ^^']

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délias Dahani



Nombre de messages : 143
Age : 20
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Mar 27 Sep - 20:38

Délias fixait la gamine, cette petite lui rappelait quelqu'un. Son sourire, son rire, ses yeux pétillant de bonheur et ses cheveux blonds. Tous ça revenait en mémoire. Ainsi que la silhouette d'une petite fille, la silhouette de Lidia, sa petite cousine. Mais pourquoi voyait-il en cette enfant le visage de sa cousine ? Pour l'amour commun qu'elles éprouvent pour les oiseaux ? Ou pour leur ressemblance frappante ? Qui sait ? Fixant la demoiselle, Délias se remémora son jardin, sa maison, les oiseaux et Lidia. Cette jeune fille qui devait avoir 4ans s'amusait dans le jardin avec les volatiles. Elle avait elle aussi les yeux bleus, les cheveux bouclé et blond. Lidia avait la joie de vivre, insouciante, mais calme. Il lui en fallait peu pour la combler, l'envol d'un oiseau et elle était aux anges. Lidia rendait ces parents tellement heureux, un peu comme la petite fille qui jouait avec Kanji. Le jeune homme se rendit compte à qu'elle point il y avait beaucoup de points communs entre elle et sa cousine. Son physique, son caractère et sa passion. Mais pourquoi ? Avons-nous notre double sur Autremonde avec 10ans de moins ? Ou serait-ce Lidia qui se trouvait en face de lui ? Mais si c'était vraiment le cas, elle devrait avoir 14ans et non 4. Décidément, ce monde est vraiment trop bizarre.
Le jeune homme sentit une main chaude se poser sur son bras. Sortant de ses pensées, il redressa la tête pour mieux voir l'elfe qui se penchait vers lui.


-Ça va ? Vous allez bien ?

Elle lui avait parlé d'une voix douce et posé. Délias ouvrit grand les yeux, il regarda rapidement la petite fille s'amuser puis se concentra sur son interlocutrice.

"Je vais bien. Et pour répondre à votre question de tout à l'heure. Oui j'ai déjà visité d'autre endroit, notamment la Terre."

Il accompagna le tout par un sourire chaleureux espérant montrer qu'il allait bien. Puis il but un peu de sa bière et regarda la salle. Les parents était revenu à leur place, le mari tenait la main de sa femme comme s'ils avaient une mauvaise nouvelle à annoncer. Ce qui était le cas et ils en étaient d'ailleurs désolés. Le comédien avait bien compris ce que c'était et il espérait que leur fille ne réclamerait pas l'adoption de Kanji. Ce serait plus dur pour elle... et pour les parents.
De son côté, contrairement a ces parents, la fillette était de bonne humeur et riait aux éclats. Elle jouait toujours avec Kanji qui commençait sérieusement à être fatigué et à avoir mal aux pattes. Il croassa donc pour prevenir son maître et l'enfant. Mais celle-ci l'interprétait autrement. En effet, puisqu'elle le lança encore plus haut, mais elle vit un homme le rattraper au vol pour le poser sur sa table, elle laissa alors échapper un "Maiiiiis !". Chose qui attira le regard de ces parents. Mais qui n'impressionnait guere le terrien. Au contraire et il décida d'expliquer son geste.


"Il en a marre."

"Mais s'il continue il va pouvoir de nouveau voler. Dit-elle comme si c'était évident."

"Mais s'il continue il va se casser une patte."

La petite fille ne répliqua pas, préférant aller voir son père. Celui-ci se leva accompagné de sa femme et contrairement à ce que pensait Délias, ils se dirigeaient vers la sortie.

"Allez viens Marjorie."

Cette dernière s'approcha de son père qui tendait sa main, puis elle s'arrêta et pointa du doigt le volatile tout en pleurant et hurlant: "Papa, je veux ce corbeau !". Et hop, une crise. Finalement cette gamine à quand même de grosses différences entre Lidia. Sa cousine ne c'était jamais permis une telle conduite. Par contre, Marjorie avait obligé à sa mère à sortir tellement son cri était strident quant au père, il se battait plus ou moins pour obliger sa fille à sortir d'ici. Une fois réussit même quand la porte fut fermée, on entendait encore le hurlement de la petite fille. On pouvait même apercevoir les passants qui regardaient la scène avec attention. Après, quelque minute, le cri de la gamine ne se faisait plus entendre. Soit elle s'était tut, soit elle était trop loin. Dans les deux cas c'était une bonne chose pour les oreilles des passants. Délias cessa alors de regarder dehors et intercepta son interlocutrice.

"Vous savez quoi ? Prochaine destination la Terre."

Son sourire illuminait son visage, il allait enfin pouvoir retourner sur Terre, revoir sa terre natal et Lidia. Rien qu'à cette pensée, il était aux anges. Mais le corbeau interloqué le tira du paradis.

#Tu ne voulais pas terminer un truc ici avant de retourner chez toi ?#

Une fois avoir répondu un "Si, mais je veux des vacances" mentalement, il regarda l'elfe. Une question le turlupinait.

"Vous êtes déjà allé sur Terre ?"

HJ Suffisamment pour répondre en deux jours, même si je dois avouer que ce n'est pas très originales comme post. =/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz
Admin


Féminin
Nombre de messages : 1418
Localisation : In my world...
Date d'inscription : 06/10/2007

Accreditation
Race: Elfe
Age: 19 ans en apparence
Nom dans le RPG: Lizlide

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Dim 9 Oct - 19:13

"Je vais bien. Et pour répondre à votre question de tout à l'heure. Oui j'ai déjà visité d'autres endroits, notamment la Terre."

Lizlide eu une moue sceptique à l'entente de la phrase. La Terre ? Ce n'était pas vraiment la destination la plus prisée d'Autremonde, et même si, pour y avoir déjà été quelques fois, l'elfe savait qu'il s'agissait d'un endroit plutôt agréable, la planète repoussait la plupart des Autremondiens à cause de la quasi inexistence de la magie qui y régnait. Mais à bien y réfléchir, ce ne devait pas être une véritable gêne pour quelqu'un qui, comme Délias, n'utilisait presque jamais la magie.

Jetant un coup d'oeil sur le côté, Liz aperçut les deux adultes à qui elle venait de refuser l'achat de Kanji se tenir la main et afficher un air d'enterrement. Elle fronça les sourcils. Ce n'était pourtant pas si grave que la petite n'ai pas tout ce qu'elle voulait, un oiseau de plus ou de moins, pour elle, ce n'était rien. Après tout, il ne devait pas être beaucoup plus qu'un simple jouet pour elle, et d'ici quelques jours, il aurait perdu tout attrait à ses yeux de petite de fille, et elle l'aurait lâchement abandonné au profit d'autres jouets plus attrayants. Dans un sens, elle avait donc effectué une bonne action, même si cela devait coûté une crise de nerf et quelques larmes à la petite.

Soudainement, le corbeau croassa, et la jeune femme eu l'intuition qu'il ne s'agissait pas d'un croassement de bien être. L'intuition se confirma lorsqu'elle vit l'humain en face d'elle se lever et rattraper son familier au vol avant de le reposer délicatement sur leur table. Le geste n'échappa pas à l'enfant qui laissa échapper un "Mais" de mécontentement qui ne tarda pas à attirer l'attention de ses parents et de quelques autres clients.


"Il en a marre."

L'argentée sursauta légèrement en entendant la voix de son invité. Elle ne pensait pas qu'il prendrait le temps de se justifier, après tout, il s'agissait de son familier, il avait donc le droit d'en faire ce qu'il voulait sans avoir besoin de se justifier. Comme il fallait s'y attendre, la voix de la fillette ne tarda pas à s'élever, contredisant l'adulte en face d'elle.

"Mais s'il continue il va pouvoir de nouveau voler. Dit-elle comme si c'était évident."

"Mais s'il continue il va se casser une patte."

Sans répliquer, la petite s'éloigna en direction de ses parents, sans doute pour aller chercher du réconfort et du secours auprès d'eux. Rien qu'à voir la tête qu’ils affichaient, Lizlide comprit qu'ils avaient pour habitude de tout céder à leur fille, et que de devoir lui refuser ce caprice là leur coûtait beaucoup. Jetant un regard en biais à la petite, Liz ne pu s'empêcher de penser qu'elle devrait être heureuse avec ce qu'elle avait puisqu'elle avait les parents dont tous les enfants rêvaient. Lentement, les parents se levèrent et, accompagnés de la petite, se dirigèrent vers la porte. Lorsque la gamine comprit finalement qu'ils allaient repartir sans son nouveau jouet, elle se mit à pleurer et à crier dans tous le restaurant tandis que ses parents tentaient tant bien que mal de la sortir de l'établissement et de l'éloigner de l'endroit. Après quelques minutes enfin, les cris s'estompèrent et le calme revint dans la salle.

"Vous savez quoi ? Prochaine destination la Terre."

La voix de l'humain sorti la jeune femme de ses pensées. "Prochaine destination la Terre" ? Mais qu'avait donc ce garçon avec la Terre ? Il y était accroc ou quoi ? A voir le sourire qui illuminait son visage et les yeux pétillants qu'il arborait, il y avait de quoi douter fortement de l'état de santé du jeune homme.

"Vous êtes déjà allé sur Terre ?"

La question pris Lizlide au dépourvu, et elle se retint de justesse de ne pas se pencher en avant pour inspecter les pupilles de son interlocuteur. Etait-il possible d'être autant attacher à un endroit pour vouloir y retourner et afficher un sourire pareil rien qu'à cet idée ? Même elle n'affichait pas un air pareil quand elle devait retourner quelque part. Autrement dit, ce ne devait pas tant être le lieu qui lui plaisait, mais plutôt les personnes qui devaient s'y trouver. De la famille peut-être. De la famille qui aurait émigrée. Ou alors... Lizlide jeta un regard nouveau sur le jeune homme. Après tout, il n'y avait pas vraiment de différence entre un terrien et autremondien, si ce n'était leur niveau de magie. Et cela pourrait expliquer la raison pour laquelle il n'utilisait que rarement sa magie.

Après une courte réflexion, l'elfe décida de ne pas approfondir la question qui semblait la conduire sur une pente dangereuse - après tout, peu d'autremondiens appréciaient d'être soupçonnés d'être terriens -, et préféra répondre.


-Oui, j'y suis déjà allée une ou deux fois. C'est un bel endroit, en tout cas là où j'étais, mais je trouve que ça manque un peu de verdure. Je me demande comment font les terriens pour vivre avec si peu de forêts.

Liz était bien consciente que les humains nécessitaient moins de forêts pour vivre que les elfes, mais elle avait toujours du mal à se faire à l'idée que certains individus pouvaient vivre dans des endroits où il n'y avait absolument aucun arbre. En allant sur Terre, elle avait eu l'occasion de visiter quelques villes, qu'elle avait trouvé absolument horribles. Il ne s'agissait en fait que de vastes étendues de béton, sans aucune verdure, où les gens vivaient agglutinés les uns sur les autres et où l'air était quasiment irrespirable. Autant dire que ce n'était pas un endroit où la jeune femme aimait passer ses vacances. En revanche, elle avait largement préféré le petit village où elle avait dû se rendre pour voir une de ses amies humaine qui s'était exilée sur Terre afin d'échapper aux problèmes qui la poursuivait sur Autremonde. Le village était charmant, et si les gens qui y habitaient étaient un peu étroit d'esprit, ça n'enlevait rien au charme de l'endroit où elle avait pu sans problème satisfaire ses besoins de grands espaces et de nature à profusion.

-Est ce que je peux vous demander où vous comptez vous rendre sur Terre ?

Fixant une fois de plus son attention sur celui qui lui faisait face, elle bu une gorgée de sa boisson et passa une main distraite dans ses cheveux tout en consultant l'accréditation incrustée dans son avant bras qui indiquait que la fin de l'après-midi approchait à grand pas. Un geste de son bras libre suffit à faire venir le serveur afin qu'il apporte l'addition et qu'elle puisse régler, en prenant soin de laisser un pourboire assez généreux pour compenser les désagréments qu'ils avaient pu causer en venant dans l'établissement. Certes, le client était roi, mais mieux valait ne pas trop se faire remarquer tout de même.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Délias Dahani



Nombre de messages : 143
Age : 20
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Lun 31 Oct - 18:42

-Oui, j'y suis déjà allée une ou deux fois. C'est un bel endroit, en tout cas là où j'étais, mais je trouve que ça manque un peu de verdure. Je me demande comment font les terriens pour vivre avec si peu de forêts.

Délias eu un petit sourire en entendant la réflexion de son interlocutrice. C'est bien une elfe, quand ils vont dans un endroit, la densité des forets est bien l'une des seules choses qu'ils remarquent en premier. Néanmoins, il est vrai que les terriens ne sont pas très respectable avec mère nature et de ce fait, il n'y a pas une densité très forte. Chose qui pose problème à tous les êtres vivants, que ce soit aux animaux qu'aux humains. Et en plus de la déforestation, il y a le problème de la fonte des glaces liées par couche d'ozone et la pollution et peut-être la surpopulation. Et tous ça pour un seul fautif. L'Homme. Une espèce en évolution qui multiplie les problèmes et surtout qui répète inlassablement les mêmes erreurs. C'est-à-dire les guerres comme en 14-18, 1er guerre mondiale avec 20 millions de morts, après ce massacre historique les terriens ne voulait plus de guerre, ils voulaient la paix. Mais malgré tout, en 39-45 une seconde guerre éclate. La 2nd guerre mondiale et également la plus meurtrière avec environ 65 millions de pertes. Et ces guerres ont causé des conséquences psychologiques, matériel et économique. En effet puisque cela à enclenché des dettes et ces dettes ont provoqué des crises économiques. La plus importante crise du XXeme siècle est de loin la Grande Dépression de 1929 à 1937 qui était la conséquence du krach boursier de 1929. Ce krach fut marqué par des jours distincts, le jeudi noir qui représente le 24 octobre, le lundi et mardi noir qui définit le 28 et 29 octobre. En fait, du jour au lendemain, les banques américaines se sont effondrés plongent ainsi le reste du monde dans la crise de 1929, ce qui laissa alors place à un taux de chômage phénoménale. C'était le début de la misère. Néanmoins, en 1933, un nouveau président fut élu. Franklin Delano Roosevelt. Celui-ci créa de l'argent et demanda la création de route, d'autoroute ect... ce qui diminua le taux de chômage et relança l'économie. On appelle ce programme le New Deal. Roosevelt fut réélu trois fois grâce à son programme. Les nonsos ont parfois de bonne idée, mais ils restent des hommes. Une espèce en évolution qui multiplie les problèmes et surtout qui répète incéssablement les mêmes erreurs. L'Homme quoi. Mais malgré ces défauts, Délias ne se sentira jamais aussi bien qu'auprès d'eux. Après tout, il est des leurs. Mais il comprenait que les Autremondiens n'appréciaient pas d'être considéré à eux. Une fois, il avait vu un homme insulter quelqu'un d'humain et cela avait fini en bagarre. C'est fou comme c'est beau la vie...

Plonger dans ces réflexions, l'elfe le ramena à la surface.


-Est-ce que je peux vous demander où vous comptez vous rendre sur Terre ?

Le jeune homme regarda la demoiselle de ses yeux bleus. Où il voulait aller, hein ? Bonne question. Il allait lui répondre quand il entendit un petit bruit, il regarda le reste des clients puis l'elfe. Mais aucun d'eux n'avait broncher, peut-être que son interlocutrice, mais alors il n'aurait pas vu sa réaction. Néanmoins, quelle se soit rendu compte ou non, elle n'allait pas tarder à le savoir. En attendant, un mince sourire énigmatique s'afficha alors sur les lèvres du jeune homme. Il eut une petite pensée à son familier qui ne broncha pas pour ne pas éveiller les soupçons. Son maître se détendit et laissa ces muscles se décontracter. Totalement détendue, il tourna la tête vers l'extérieur et regarda le ciel, contemplant les nuages, il attendait. Après quelque seconde dans cette position, il regarda du coin de l'oeil l'elfe puis il tourna la tête en sa direction. Ils étaient là.

"J'ai bien l'impression qu'on va devoir partir."

Le chef cuisinier confirma les dires. Exact puisque les flics allaient bientôt arriver pour l'enquête sur la disparition des aliments. Et cela obligeait la fermeture du restaurant. L'homme s'excusa alors auprès des clients et demanda à tous de partir. Merci Kanji. Délias but d'un trait sa bière puis se racla la gorge. Il se leva comme tout le monde et demanda mentalement à son familier s'il pouvait voler. Celui-ci tenta et au bout de trois battements d'aile, il tomba en direction du carrelage immaculé du bâtiment. Mais Délias le rattrapa pour éviter de se baisser et le posa sur son épaule. Les deux compagnons s'approchèrent de la porte et laissa d'abord passer l'elfe. Un peu de galanterie tous de même. Ce n'est pas parce qu'on est chassé d'un restaurant qu'on doit être impoli surtout envers les femmes.

Les policiers arrivèrent, en fessant un bruit pas possible, mais ils arrivèrent. Délias les contemplaient, regardant leur manoeuvre, leur tactique. Après tout, ici c'est Omois, un endroit où il y a beaucoup d'agents. Combien de temps mettraient-ils à découvrir la vérité ? Et surtout comment allaient-ils s'y prendre ? L'humain ne connaissait pas trop les méthodes des policiers pour résoudre les enquêtes. N'empêche que depuis ces dix dernières années, il avait appris au moins une chose. Qu'il faut toujours gagner du temps quand on est poursuivit par les autorités. Il se tourna alors vers son interlocutrice.


"Je ne sais pas pour vous, mais moi je vais filer. S'ils découvrent que c'est mon familier qui est à l'origine de cette disparition, je ne préfère pas être dans les parages."

Délias regarda encore quelque seconde les policiers et marcha, mains dans les poches, dans une direction opposée. Il s'en alla tranquillement, se fondant dans la foule. Le volatile avait pour mission de lui dire si oui où non il était suivi. Et par qui. De toute manière c'est le moins qu'il pouvait faire.

[HJ] Je te laisse le soin de décider si tu veux continuer ou non, personnellement, ça ne me dérange pas de continuer. Ah et désolé pour l'absence, mon ordi a eu un gros problème. Mais voilà, j'ai enfin réussi à répondre. Et désolé de la qualité, je n'ai vraiment pas eu d'inspiration et ça se voit. =/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une foule, un paumé et un truc blanc.   Aujourd'hui à 17:35

Revenir en haut Aller en bas
 
Une foule, un paumé et un truc blanc.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Un truc pour la santé
» Comment on arrête ce truc ?! [PV : May]
» Truc pour l'alimentation
» Obama devant une foule de 100.000 personnes dans le Missouri
» Un truc sans rapport avec OGame

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
tara duncan :: Omois - Tingapour :: Les boutiques-
Sauter vers: